L’ancien président égyptien Hosni Moubarak est décédé à l’âge de 91 ans

Publié le par Sudinfo par Belga

L’ancien président égyptien Hosni Moubarak est mort mardi à l’âge de 91 ans à l’hôpital militaire Galaa au Caire, a confirmé son beau-frère, le général Mounir Thabet à l’AFP.

L’ancien président égyptien Hosni Moubarak est décédé à l’âge de 91 ans

Après une carrière dans l’armée de l’air égyptienne, Hosni Moubarak accédait en 1975 à la vice-présidence lors du mandat d’Anouar el-Sadate. Lorsque ce dernier fut assassiné en 1981, Moubarak lui a succédé. 

Moubarak fut surnommé le «pharaon» par ses opposants pour s’être maintenu 30 ans au pouvoir. Il préparait son fils Gamal à lui succéder lorsqu’il dut se retirer en 2011 après 18 jours de soulèvement populaire lors du «printemps arabe».

Il a ensuite dû répondre de la mort de 850 manifestants par les services de sécurité, dans les derniers jours de sa présidence. Il assista à son procès dans un lit médicalisé et ne fut finalement reconnu coupable que de fraude et n’a pas écopé de peine de prison supplémentaire. Il fut libéré en 2017.

Moubarak a toujours laissé la place à une certaine dissidence, dans un cadre précis néanmoins. Il était ainsi interdit de critiquer sa famille. Sous sa présidence, le système politique égyptien n’était pas vraiment tolérant. La répression à l’encontre de ses (prétendus) rivaux politiques était courante et rendue possible par une loi d’urgence votée en 1981. C’est ce qui a permis à la rancune née à son égard de grandir et qui a finalement mené à sa chute. Il avait également la réputation de ne rien connaître aux préoccupations de l’homme de la rue, celui qui a du mal à nouer les deux bouts.

Sur le plan de la politique internationale, il n’a jamais dévié de la ligne Sadate de rapprochement avec Israël. Il ne s’y pourtant rendu qu’une seule fois, en 1995, pour les funérailles du Premier ministre israélien Yitzhak Rabin. Il est également parvenu à retisser des liens avec les autres dirigeants arabes, furieux de la signature par Sadate d’un accord de paix avec l’Etat hébreu. Hosni Moubarak a aussi maintenu l’alliance forte de son pays avec les Etats-Unis, lesquels allouent annuellement 1,3 milliard de dollars d’assistance militaire.

Les causes de son décès n’ont pas été précisées mais son fils Alaa avait dit samedi dernier sur Twitter que son père était en soins intensifs. Il avait été opéré en janvier sans qu’on sache de quoi. Le général Mounir Thabet a fait savoir que c’est la présidence qui organiserait les funérailles.

Hosni Moubarak laisse une veuve et deux fils, Alaa et Garmal.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article