Mort de Michel Charasse : les hommages de la classe politique pleuvent

Publié le par Paris Match

La classe politique salue la mémoire de l'ancien ministre socialiste Michel Charasse, décédé à 78 ans dans la nuit de jeudi à vendredi. 

Michel Charasse, à l'Elysée en 2010. WITT/SIPA

Michel Charasse, à l'Elysée en 2010. WITT/SIPA

Emmanuel Macron, qui avait remis les insignes d'officier de la Légion d'honneur à Michel Charasse fin janvier, a salué via un tweet la mémoire de l'un des "serviteurs les plus passionnés" de la République. "La République pleure ce jour un de ses serviteurs les plus passionnés. Michel Charasse s'en est allé. L'esprit de ses combats, la force de son engagement ne nous quitteront pas", a-t-il écrit. 

Édouard Philippe, Premier ministre : dans un tweet, il salue un "symbole de l'amitié et de la fidélité en politique. Esprit brillant, juriste inventif et sens de la formule rare". 

Nicole Belloubet, ministre de la Justice : "C'est la perte d'un ami très cher. C'est la disparition d'un grand homme d'Etat", a-t-elle déclaré à l'AFP. 

Nicolas Sarkozy salue "un ami sincère et fidèle"

Nicolas Sarkozy, ancien président de la République : "Grand serviteur de l’État, homme engagé et passionné, il fut aussi pour moi un ami sincère et fidèle". 

Manuel Valls, ancien Premier ministre : "Nous étions devenus complices ces dernières années (...) Lui le mitterrandiste absolu et moi le rocardien, nous partagions le même amour pour la République, la même passion pour la laïcité, la même admiration pour Clémenceau". "Je l’ ai vu souffrir et combattre avec courage la maladie. Son regard pétillant, son langage truculent, son intelligence si vive, ses avis vont me manquer", a-t-il également écrit

Bernard Cazeneuve, ancien Premier ministre: "Tristesse de la perte d’un grand républicain qui fut aussi une personnalité politique singulière, d’une grande loyauté à la personne du président Mitterrand et fidèle à sa mémoire".

Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale, LREM: "un homme truculent aux compétences immenses, aux connaissances encyclopédiques et à l'humour rare. Le décès de cet ami, serviteur de la République, attriste tous les républicains". 

Gérard Collomb, ancien ministre et maire de Lyon: "profondément bouleversé par l'annonce de la mort de Michel Charasse, auquel me liait une longue et riche amitié. Michel était un homme entier et fidèle, il ne transigeait jamais avec ses valeurs."

Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre : "un homme immensément créatif et imaginatif. François Mitterrand a su utiliser ses grandes qualités. La République perd une figure, et moi un ami", a-t-il écrit sur son blog.

Un "véritable Vercingétorix" pour Jack Lang

Jack Lang, ex-ministre de la Culture: "Véritable Vercingétorix, batailleur, bon vivant, il entraînait avec lui militants et colleurs d’affiches, il se distinguait par la force de ses compétences".

Anne Hidalgo, maire de Paris: "Michel Charasse a été un infatigable militant de la gauche". "Homme truculent, haut en couleur, il a été un élu de terrain fidèle et amoureux de sa région", a-t-elle salué dans un communiqué.

Gérard Larcher, président du Sénat : il salue un "défenseur de la République et de la laïcité, ministre, sénateur", "resté fidèle à ses convictions", et évoque "un personnage clé des années Mitterrand".

Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France : "Tout au long de sa vie, Michel Charasse n’a pas seulement servi la République, il l’a défendue. Capable de dépasser les querelles partisanes, il était un homme d’État avant d’être un homme de parti."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article