L'incroyable fichier découvert en Argentine sur l'argent des nazis

Publié le par franceinfo par Jean-Marc Four, Radio France

Une liste comprenant les noms de 12 000 nazis installés en Argentine a été révélée par le centre Simon Wiesenthal de lutte contre l'antisémitisme et le racisme. Le document éclaire l’Histoire, en particulier les circuits de financement des nazis dans les années 30 et 40.

Efraim Zuroff, directeur du Centre Simon-Wiesenthal à Jérusalem et chasseur de nazis en tant que coordinateur dans la traque de crimes de guerre nazis. (THOMAS COEX / AFP)

Efraim Zuroff, directeur du Centre Simon-Wiesenthal à Jérusalem et chasseur de nazis en tant que coordinateur dans la traque de crimes de guerre nazis. (THOMAS COEX / AFP)

C’est une découverte incroyable. D'abord parce qu'elle est fortuite. Deux hommes, Olegario Brest et Pedro Filipuzzi, triaient de vieux papiers dans un bâtiment tout proche de la Casa Rosada, le siège de la présidence argentine, lorsqu’ils sont tombés par hasard sur cette liste détaillée : 12 000 noms de sympathisants nazis installés en Argentine, dans les années 30.

Leur nom, leur date de naissance, leur numéro d’adhésion à la branche internationale du parti nazi y sont inscris, mais aussi et surtout leurs liens avec des comptes bancaires en Suisse, qui servaient à financer le régime d’Hitler. Dans la liste, on trouve aussi bien des Argentins que des Allemands. Ce fichier a été transmis au Centre Simon Wiesenthal qui traque l’antisémitisme et les anciens nazis. Le centre qui a donc décidé, mardi 3 mars, de la rendre public.

Ce document d’une valeur historique considérable vient confirmer à quel point l’Argentine a servi de base arrière, d’appui au régime nazi. On savait déjà que plusieurs dirigeants du 3e Reich, comme Eichmann ou Mengele, se sont réfugiés en Amérique du Sud après la guerre. Mais là, c’est une organisation d’une toute autre ampleur qui est mise au jour. Et c’est d’autant plus exceptionnel que les nazis ont cherché par tous les moyens à effacer leurs traces sur le continent latino-américain. En dissimulant leur identité. En détruisant, en brûlant de nombreux documents.

Des comptes bancaires en Suisse

Le plus intéressant dans cette histoire, c’est le circuit de financement ! C’était en quelque sorte un système d’évasion fiscale avant la lettre. L’argent transitait entre l’Argentine et l’Allemagne via la Suisse, plus précisément via le Schweizerische Kredit Anstalt, la banque qui est ensuite devenue le Crédit Suisse.

L’argent circulait dans les deux sens. D’un côté, des Argentins finançaient les caisses d’Hitler, et des entreprises allemandes, comme la tristement célèbre IG Farben, la société qui fournissait le gaz Zyklon B, destiné à l’extermination des Juifs. Dans l’autre sens, les Allemands plaçaient de l’argent en Argentine, via la Suisse, en particulier de l’argent volé, spolié aux Juifs. Un compte était utilisé : le compte 4063 du Kredit Anstalt.

35 milliards d'euros spoliés aux juifs

Dans la liste figure le nom d’un homme clé, Ludwig Freude, un allemand, entrepreneur dans l’industrie du bois. Après-guerre, il s’était caché sur l’île de Tigre, dans l’embouchure du Rio de la Plata, près de Buenos Aires. Il a joué un rôle majeur dans cette interface entre les deux pays.

Il y a plus extraordinaire encore : une grande partie de cet argent volé semble toujours dormir dans les comptes du Crédit Suisse, des comptes en partie gelés après la guerre. Selon le centre Simon Wiesenthal, la somme est colossale : 35 milliards d’euros, volés aux familles juives. Le directeur du centre a donc écrit au Crédit Suisse pour demander l’ouverture de ces comptes. On attend la réponse.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article