Mort de l'ancien magistrat Pierre Truche

Publié le par Le Figaro avec AFP

DISPARITION - Procureur général lors du procès de Klaus Barbie, cet «homme de conviction» s'est éteint à l'âge de 90 ans.

Pierre Truche, ici en 2006, restera celui qui a requis la réclusion à perpétuité contre Klaus Barbie. THOMAS COEX / AFP

Pierre Truche, ici en 2006, restera celui qui a requis la réclusion à perpétuité contre Klaus Barbie. THOMAS COEX / AFP

Pierre Truche, ancien magistrat, procureur général lors du procès de Klaus Barbie, est mort dans la nuit de vendredi à samedi à l'âge de 90 ans, a annoncé Nicole Belloubet, rendant hommage à «une figure immense de la magistrature».

Selon la Garde des Sceaux, il «restera l'homme de conviction, qui (...) a puissamment porté l'accusation contre la barbarie», souligne-t-elle. En 1987, Klaud Barbie, l'ex chef de la Gestapo de Lyon avait été condamné lors de ce procès. «En requérant qu'à vie soit reclus un criminel contre l'humanité, il a contribué à ce que chacun se souvienne des heures sombres qu'a traversé notre pays. Sa contribution décisive à la définition du crime contre l'humanité a forgé les armes du combat nécessaire contre ces fléaux que sont le racisme, la xénophobie et l'antisémitisme», a-t-elle ajouté.

Entré dans la magistrature en 1955, Pierre Truche a gravi pendant 40 ans tous les échelons du parquet: de substitut du procureur de la République à Arras, à procureur général de la cour d'appel de Paris, puis à procureur général de la Cour de cassation, qu'il a présidée de 1996 à 1999.

Il a ensuite pris la présidence de la Commission nationale consultative des droits de l'homme et de la Commission nationale de déontologie de la sécurité. Il a été décoré de la Légion d'honneur en 2016.

Parmi ses prises de position, il était favorable à la suppression du lien entre le parquet et le gouvernement en matière de politique pénale, ainsi que pour la fin du juge d'instruction: «il n'est pas sain d'instruire et de juger en même temps», disait-il.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article