Ouverture des archives du Vatican : des éclaircissement sur le rôle de Pie XII pendant la Seconde Guerre mondiale sont attendus

Publié le par GEO avec AFP

L'ouverture lundi 2 mars de l'ensemble des archives du Vatican sur le pontificat du pape Pie XII (1939-1958) - 81 ans après son élection - était réclamée depuis des décennies par historiens et organisations juives.

Pixabay

Pixabay

Quatre clefs pour comprendre l'événement les attentes des historiens sur le rôle du pape Pie XII à l'égard de l'Allemagne nazie :

Shoah: une masse d'archives déjà publiées

Les archives les plus sensibles, concernant la Seconde guerre mondiale, ont déjà été en grande partie publiées par le Vatican. Des révélations spectaculaires seraient donc surprenantes. Mais les chercheurs auront pour la première fois un accès direct à tous les documents de la période de la Shoah et chercheront les pièces manquantes du puzzle. Pour répondre à la polémique sur Pie XII - qui démarra dans les années 60 avec la sortie de la pièce de théâtre incendiaire "Le Vicaire" de l'Allemand Rolf Hochhuth - quatre prêtres jésuites livrèrent en 1981 au bout de 16 ans de labeur, onze volumes de documents intitulés "Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la deuxième guerre mondiale".

Par la suite, une commission mixte juive-catholique de six historiens instituée en 1999 fut chargée de trancher, mais elle réclama plus d'accès aux archives du Vatican et se disloqua en 2001.

Les années avant l'élection de Pie XII documentées

Quelque 30.000 volumes d'archives du pontificat de Pie XI (1922-1939), son prédécesseur, ont déjà été rendus publics par le Saint-Siège livrant ainsi des indications sur le cardinal Eugenio Pacelli, futur Pie XII. Ce dernier fut en effet nommé secrétaire d'Etat (numéro deux du Vatican) en 1930. En 1933, il signa un concordat avec l'Allemagne hitlérienne sur les relations entre les autorités allemandes et l'Eglise.

Ces archives couvrent aussi une grande partie de son long séjour en Allemagne de 1917 à 1929 en tant que nonce (ambassadeur du Saint-Siège), soit durant la montée au pouvoir d'Hitler.

L'Eglise à la défense d'un "juste"

L'Eglise catholique a toujours fait valoir que Pie XII avait contribué au sauvetage de plusieurs milliers de Juifs en les faisant cacher dans des institutions religieuses de Rome sous l'occupation allemande. Elle estime aussi que la prudence verbale du pape a évité des représailles envers les catholiques en Europe.

Le processus de béatification de Pie XII a été ouvert en octobre 1967. Benoît XVI l'a proclamé "vénérable" fin 2009, première étape vers une béatification à condition qu'un miracle soit reconnu, une décision qui avait créé un tollé chez les organisations juives.

En 2010, Benoît XVI affirma que le pape Pie XII avait été "l'un des grands justes, qui a sauvé des juifs plus que personne". "Il a personnellement souffert énormément, nous le savons. Il savait qu'il devait parler et pourtant la situation le lui interdisait", avait-il noté. En 2014, le pape François a dit avoir "un peu d'urticaire existentiel" face aux attaques contre Pie XII, "un grand défenseur des Juifs", en critiquant l'attitude des grandes puissances alliées qui auraient pu bombarder les voies ferrées conduisant aux camps.

Les détracteurs de Pie XII attaquent son silence

Le silencieux et très diplomatique Pie XII - voix morale susceptible d'avoir été écoutée par les catholiques allemands - est vilipendé par de nombreux historiens pour n'avoir jamais condamné explicitement l'extermination en cours des Juifs par le régime nazi. Ce pape originaire de la noblesse romaine est aussi dénoncé pour avoir gardé le silence lorsque le 16 octobre 1943 plus d'un millier de personnes de la communauté juive de Rome, furent raflés dans leur quartier (l'ex-ghetto) à quelques encablures du Vatican. Après cette rafle, les témoignages confirment que des Juifs furent cachés dans de nombreuses institutions catholiques, mais aucun document écrit ne prouve que Pie XII avait fait cette recommandation, pointent ses critiques.

Beaucoup d'historiens concluent que ce pape réprouvait l'antisémitisme hitlérien, mais qu'il était aussi le pur produit d'un enseignement catholique traditionnellement anti-judaïque jusqu'à la prise de conscience du Concile Vatican II (1962-1965). Les Juifs n'étaient donc pas la priorité de ce pape, préoccupé avant tout par le sort des catholiques et farouchement opposé au communisme.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article