Quand De Gaulle proclamait à Auxerre sa confiance en l’avenir de la France

Publié le par France Bleu Par Thierry Boulant, France Bleu Auxerre

Alors que l’on va célébrer toute l’année la mémoire du Général De Gaulle, sa visite, le 16 avril 1959 à Auxerre (Yonne) reste un épisode mémorable de l’histoire de la ville.

Le Général De Gaulle entame le 16 avril 1959 une visite de 4 jours en Bourgogne et en Auvergne. Il débute par Auxerre. © Maxppp - Keystone Pictures USA

Le Général De Gaulle entame le 16 avril 1959 une visite de 4 jours en Bourgogne et en Auvergne. Il débute par Auxerre. © Maxppp - Keystone Pictures USA

On va beaucoup parler et célébrer le Général De Gaulle (1890-1970) cette année : Pour les 130 ans de sa naissance, le cinquantenaire de sa disparition ou les 80 ans de l'appel du 18 Juin.

Le président De Gaulle a marqué aussi  l'histoire de la ville d'Auxerre par une visite le 16 avril 1959, il y a 61 ans. Un passage qui avait déplacé les foules.  A cette époque, La cinquième république n'a que quelques mois, La France est en difficulté en Algérie et l'économie donne  signes de ralentissement. Le Général De Gaulle arrive à Auxerre sous la pluie mais la foule est tout de même là pour l'accueillir. Il prononce alors un discours sur une place du Maréchal Leclerc noire de monde : 

Vive Auxerre, Vive l'Yonne... (De Gaulle)

« Les affaires de la France ne sont pas facilefaciles, (…) et cependant je veux vous dire, que malgré certains obstacles, certains nuages qui pèsent encore aujourd’hui sur nous, je suis sûr de l’avenir de la France. J’en suis sûr à cause de ce qu’elle est, de ce qu’elle vaut et de ce qu’elle veut. (…) et si j’avais besoin d’en avoir une confirmation et bien, Auxerre vous me l’auriez donné ce matin. Vive Auxerre, vive L’Yonne, Vive la république et vive la France ».

De Gaulle : un homme, un vrai ! (Marie Noël)

A l'occasion de cette visite, De Gaulle rencontre aussi, la poétesse auxerroise Marie Noël (1883-1967). Une entrevue qui ne dure que quelques instants, mais qu'elle raconte le lendemain avec beaucoup d'émotion à la télévision, dans l’émission En français dans le texte : «j’étais très émue de le voir. Je m’attendais à ce qu’il ait l’air d’un chef et j’ai vu une expression qui était douce, bonne, je dirais même affectueuse (…) ça restera une des grandes minutes pour moi, d’avoir eu ma main un instant dans la main de cet homme-là, parce que c’est rare de voir un homme : un vrai (..) ».

Le président de la république déjeunera ce jour-là dans le restaurant au Cerf-volant, situé au 8 place Robillard, avant de reprendre le cours de son voyage en Bourgogne par une halte dans la Nièvre.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article