Une œuvre d'art volée par les nazis découverte à la Bibliothèque royale

Publié le par 7sur7

La Bibliothèque royale possède une aquarelle pillée à une famille juive par le régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale, écrivent mardi De Standaard et Het Nieuwsblad.

"La Buveuse d'absinthe", Félicien Rops - Domaine public

"La Buveuse d'absinthe", Félicien Rops - Domaine public

En 1942, la collection d'art que possédait la famille Dorville a été vendue de force. Il apparaît que la Bibliothèque royale (KBR) possède actuellement l'une des œuvres, une aquarelle de Félicien Rops nommée "La buveuse d'absinthe" et datant de 1876. La bibliothèque a acquis cette pièce en 1968 d'un marchand français.

La bibliothèque “de bonne foi”

Bien que la provenance de la peinture soit mentionnée dans le catalogue de la KBR, la bibliothèque n'était pas au courant que celle-ci avait été volée. "Nous avons acheté l'aquarelle en 1968 en toute bonne foi", déclare la directrice par intérim, Sara Lammens. "Après la guerre, la Bibliothèque a acheté des milliers d'œuvres, qui n'ont pas toujours fait l'objet de recherches approfondies sur leur provenance. Souvent, cela n'était pas possible parce que des pièces dont l'historique était incomplet étaient proposées sur le marché."

“Nous examinerons toutes les possibilités”

La KBR compte approfondir la question. "S'il s'avère que l'œuvre en question a été effectivement pillée et que les proches n'ont jamais été indemnisés après la guerre, alors nous examinerons toutes les possibilités. Y compris celles de la restitution ou de l'indemnisation", déclare Sara Lammens.

Le ministre va dans le même sens

Le vice-Premier ministre et ministre de la Politique scientifique, David Clarinval, qui exerce la tutelle sur Bibliothèque royale, s’est déclaré mardi prêt à entamer la procédure de restitution à des ayants droit -ou le cas échéant l’indemnisation- de l’aquarelle de Félicien Rops appartenant à la collection de l’avocat juif parisien Armand Isaac Dorville.

“Achat légal”

La version de Mme Lammens est accréditée par M. Clarinval (MR), évoquant un “achat légal” à l’époque, tout en exprimant sa volonté de respecter les termes de la déclaration de Washington de 1998 sur la restitution des biens juifs spoliés par le régime nazi.

“Toute confiance”

La BRB a été chargée d’étudier l’existence d’ayants droit et leur légitimité à réclamer des biens spoliés en général et cette aquarelle en particulier, a expliqué le ministre de tutelle. M. Clarinval a assuré “avoir toute confiance” dans la KBR, qui est la bibliothèque scientifique nationale de l’État fédéral. 

“La buveuse d’absinthe” faisait partie, comme d’autres toiles, de la collection de l’avocat parisien Dorville (décédé en 1941), vendue sous tutelle d’un administrateur provisoire, Amédée Croze, nommé par le Commissariat général aux questions juives du régime collaborationniste de Vichy, le premier jour de la vente, le 24 juin 1942 à Nice (sud de la France). La secrétaire d’Etat allemande à la Culture, Monika Grütters, a restitué le 22 janvier dernier aux héritiers de l’avocat trois œuvres ayant jadis appartenu à Me Dorville, après avoir reconnu la spoliation de cette collection. Mais treize autres œuvres acquises en 1942 sont toujours conservées par les musées français, dont dix au Louvre à Paris.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article