Albi. Saint-Salvi, l’évêque protecteur

Publié le par Le Dépêche par Robert Fabre

Les reliques de Saint-Salvi (en violet) et de Saint-Roch (en rouge) ont été sorties et sont exposées à Saint-Salvi. Un prêtre vient prier devant l’autel et les reliques tous les jours./ Photo DDM, Marie-Pierre Volle.

Les reliques de Saint-Salvi (en violet) et de Saint-Roch (en rouge) ont été sorties et sont exposées à Saint-Salvi. Un prêtre vient prier devant l’autel et les reliques tous les jours./ Photo DDM, Marie-Pierre Volle.

Son nom (avec ceux d’autres saints), a été invoqué par le curé Paul de Cassagnac dans sa bénédiction de la cité depuis le sommet du clocher de la cathédrale, le 28 mars 2020.

"Le Saint albigeois par excellence" écrit Jean Roques.

Le seul évêque albigeois canonisé.

Il vit au VI°siècle dans les temps mérovingiens, troublés par les luttes entre les descendants de Clovis.

Né près du Tarn (la fontaine Saint-Salvi est une source dans l’impasse donnant sur la rue de la Rivière), il appartient à une riche famille.

Avocat réputé, il devient moine dans une communauté dont il est le fondateur et l’abbé, établie à l’emplacement de l’église actuelle.

Très pieu, son abstinence le conduit à perdre souffle et à passer pour mort. Il revient à la vie, après une vision du paradis, alors qu’on prépare sa sépulture. Les habitants en font leur évêque en 574.

Peste bubonique

Lorsque le patrice Mummole, au service du roi de Bourgogne prend la ville, les Albigeois promis à l’esclavage, attachés deux par deux par le cou et suivant les chariots du vainqueur, chargés des biens du pillage, sont rachetés par Salvi qui rassemble la rançon de la délivrance.

À la cour de Chilpéric, roi de Neustrie, son influence est forte. Il s’oppose au roi voulant remettre en cause le dogme de la Trinité et défend Grégoire de Tours, son ami qui chroniquera sa vie, menacé par la cruelle Frédégonde.

Lorsque la peste touche la ville, désertée par les plus riches, il reste au cœur de la cité pour soigner les malades et est victime de la peste bubonique, en 584, le 10 septembre (devenu jour de sa fête).

25 églises dédiées

25 églises sont dédiées à Saint-Salvi dans le département.

Lorsque l’épidémie de peste de 1720 épargne Albi, les consuls d’Albi se font représenter agenouillés devant Saint-Salvi et Saint-Roch, saint guérisseur dans un tableau visible dans la collégiale.

Invocation renouvelée tous les cent ans, en 1820, 1920 (après la Première Guerre et la grippe espagnole) et le 28 mars 2020 dans la pandémie actuelle.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article