Equitation : la cavalière Margit Otto-Crépin est morte à l’âge de 75 ans

Publié le par Le parisien par Eric Michel

Vice-championne olympique de dressage en 1988, la cavalière franco-allemande Margit Otto-Crépin est décédée ce dimanche à 75 ans. Sa disparition n’est pas liée au Covid-19.

Après s’être mariée à un Français, la native de Sarrebruck a représenté la France à partir de 1971, dans la discipline équestre du dressage. Scoopdyga

Après s’être mariée à un Français, la native de Sarrebruck a représenté la France à partir de 1971, dans la discipline équestre du dressage. Scoopdyga

Elle était la grande dame d'une discipline confidentielle : l'équitation de dressage. Margit Otto-Crépin, une figure du monde équestre, est morte ce dimanche.

Allemande de naissance mais représentant la France, Margit Otto-Crépin, vice-championne olympique de dressage en 1988, est décédée à l'âge de 75 ans à son domicile à Hambourg (Allemagne), a annoncé la Fédération allemande d'équitation.

« Les sports équestres pleurent l'ancienne championne d'Europe et médaillée d'argent olympique de dressage Margit Otto-Crépin. Après s'être mariée à un Français, la native de Sarrebruck a représenté la France à partir de 1971.

Selon le site Eurodressage, Otto-Crépin est décédée à son domicile d'une « maladie grave et soudaine mais pas du Covid-19 ».

Médaille d'argent à Séoul en 1988

La cavalière franco-allemande fut la plus célèbre cavalière tricolore de dressage, cette discipline tout en finesse et harmonie, des années 1980. Margit Otto-Crépin avait mis fin, avec sa médaille d'argent lors des Jeux olympiques de 1988 à Séoul, à une longue disette pour le dressage français, en lui offrant son premier podium olympique depuis 36 ans. Cette année-là, Pierre Durand avait aussi remporté la médaille d'or en saut d'obstacles.

Margit Otto-Crépin avait décroché cette médaille d'argent avec son hongre Corlandus avec qui elle fut aussi sacrée championne d'Europe l'année précédant les JO, en 1987.

Après avoir participé à quatre éditions des Jeux (1984, 1988, 1992, 1996), la cavalière avait pris la tête de la Commission de dressage de la Fédération française d'équitation (FFE) et rejoint la commission de dressage de la Fédération équestre internationale (FEI).

Elle partageait sa vie depuis 2005 entre Paris et Hambourg.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article