Catherine Deneuve émue par le décès de Michel Piccoli : “Nous adorions nous retrouver”

Publié le par Gala par Mathieu Lecerf

Extrêmement proches, Catherine Deneuve et Michel Piccoli ont joué ensemble et il était même présent quand l'immense actrice a appris le décès tragique de sa sœur François Dorléac. Une amitié sans faille sur laquelle Catherine Deneuve est revenue dans Les Inrockuptibles.

Catherine Deneuve émue par le décès de Michel Piccoli : “Nous adorions nous retrouver”

Le 12 mai décédait l'immense acteur français Michel Piccoli à l'âge de 94 ans des suites d'un AVC. Il laissait alors derrière lui sa femme Ludivine Clerc, et ses trois enfants Anne-Cordélia, Inord et Missia. Si depuis, sa vie a été étudiée sous tous les angles - notamment du point de vues de ses conquêtes comme Romy Schneider ou Juliette Gréco -, une de ses partenaires de choix ne s'était pas encore manifestée : Catherine Deneuve.

C'est désormais chose faite, puisque la légendaire actrice - victime d'un AVC en novembre 2019 -, est longuement revenue dans les pages des Inrockuptibles sur cette relation unique qu'elle entretenait avec l'immense comédien, présent justement à ses côtés quand l'actrice avait appris la mort tragique de sa sœur Françoise Dorléac.

"J'aimais son charme et sa malice"

La grande Catherine a ainsi confié dans les pages de l'hebdomadaire culturel : "Michel et moi avons tourné beaucoup de films ensemble. Onze me semble-t-il. Ça a créé un lien assez fort entre nous", débute-t-elle son hommage. Par la suite, elle évoque leur complicité sur la durée : "Nous adorions nous retrouver. Un lien intime, une compréhension mutuelle, un amusement à être ensemble, se remettaient immédiatement en place à chaque fois que nous tournions ensemble."

Michel Piccoli

Michel Piccoli

Un acteur qui l'a suivie tout au long de sa carrière, comme elle l'a rappelé : "Michel et moi nous sommes d’emblée très bien entendus. J’appréciais beaucoup son humour, son charme, sa malice, une forme de réserve aussi. Bien sûr, j’ai beaucoup entendu parler de ses colères terribles, où il se mettait à hurler sur son entourage. Mais étrangement en onze films, je n’en étais jamais été témoin. Et bien sûr jamais non plus l’objet. Avec moi, il a toujours été d’un tempérament assez égal." Un bel hommage à un grand monsieur du cinéma de la part d'une grande dame du cinéma.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article