Emmanuel Macron rend hommage à Cécile Rol-Tanguy, figure de la Résistance, morte à 101 ans

Publié le par Le Figaro avec AFP

«Le feu de l'engagement semblait couler dans ses veines et la Résistance était presque pour elle une affaire - et un honneur - de famille», écrit le chef de l'État.

Emmanuel Macron rend hommage à Cécile Rol-Tanguy, figure de la Résistance, morte à 101 ans

«Elle était l'un des visages féminins de la Résistance française et de la Libération de Paris». C'est par ces mots que débute le communiqué publié par l'Elysée en hommage à l'héroïne de la Résistance Cécile Rol-Tanguy qui est décédée vendredi 8 mai à l'âge de 101 ans.

Le chef de l'Etat écrit : «Le feu de l'engagement semblait couler dans ses veines et la Résistance était presque pour elle une affaire – et un honneur – de famille

Cécile Rol-Tanguy est décédée à la mi-journée «à son domicile de Monteaux (Loir-et-Cher)», le jour du 75e anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale. Elle était la veuve du colonel Henri Rol-Tanguy, l'un des principaux acteurs de la Libération de Paris, décédé en 2002.

Cécile Rol-Tanguy était née le 10 avril 1919, fille unique d'un ouvrier électricien, militant communiste et résistant qui mourra déporté à Auschwitz en 1943, et d'une femme au foyer également résistante. En 1939, juste avant le début de la guerre, elle avait épousé Henri Tanguy rencontré au syndicat des Métaux CGT de Paris où elle était employée. Couple emblématique de la Résistance, ils ont eu quatre enfants.

Après quatre ans dans la clandestinité, le 18 août 1944 c'est elle qui tape l'ordre de l'insurrection parisienne dicté par son mari devenu le chef militaire des Forces Françaises de l'Intérieur d'Ile-de-France et qui aboutira huit jours plus tard à la Libération de la capitale. «Après quatre ans de précautions et de prudences, de clandestinité et d'angoisses, Cécile Rol-Tanguy peut enfin marcher dans la rue sans avoir à se retourner : c'était pour elle le goût retrouvé de la liberté.», écrit le communiqué de l'Elysée, dans ce qui pourrait être comparé avec la situation actuelle.

«Porteuse des plus hautes distinctions de la République (Grand Officier de la Légion d'honneur, Grand Croix dans l'Ordre national du Mérite, Médaille de la Résistance, Croix du Combattant Volontaire de la Résistance), elle était emblématique de la place de femmes dans le combat contre Vichy et l'occupant nazi», a salué sa famille.

«Le Président de la République s'incline devant la vie de cette combattante de la liberté et adresse à ses enfants et ses petits-enfants, ses proches et ses camarades de combat ses condoléances attristées», termine le texte de l'Elysée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article