Jean-Loup Dabadie, académicien, scénariste et parolier, est mort

Publié le par Le Monde

Il a été parolier pour Michel Polnareff, Julien Clerc ou encore Serge Reggiani ainsi que scénariste pour Claude Sautet et François Truffaut.

Jean-Loup Dabadie, le 12 mars 2009. BERTRAND GUAY / AFP

Jean-Loup Dabadie, le 12 mars 2009. BERTRAND GUAY / AFP

L’académicien Jean-Loup Dabadie est mort, dimanche 24 mai, à Paris, a annoncé son agent, Bertrand de Labbey, à l’Agence France-Presse (AFP). Il avait 81 ans. M. Dabadie est mort à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, d’une autre maladie que le Covid-19, a précisé son agent.

Né en 1938 à Paris, Jean-Loup Dabadie avait débuté comme écrivain et journaliste, avant de devenir auteur de sketches à grand succès, puis un immense parolier et un scénariste remarqué pour ses textes empreints de tendresse et de nostalgie.

« C’était un artiste complet, il avait réussi dans tous les arts : le sketch avec Guy Bedos ; la chanson avec Polnareff et Julien Clerc ; et également le cinéma en tant que scénariste et adaptateur », a rappelé M. de Labbey.

Jean-Loup Dabadie a été parolier, écrivant plus de 300 chansons, pour Michel Polnareff (On ira tous au paradis ; Lettre à France), Julien Clerc (Ma préférence ; Femmes, je vous aime) ou encore Serge Reggiani (L’Italien).

Il est également l’auteur des scénarios ou dialogues d’une trentaine de films majeurs de ces dernières années. On pense à César et Rosalie, Les Choses de la vie ou Vincent, François, Paul et les autres, tous les trois réalisés par Claude Sautet. Il avait aussi écrit pour François Truffaut (Une belle fille comme moi, en 1972), Yves Robert et Jean-Paul Rappeneau (Le Sauvage, en 1975). Il venait de terminer l’adaptation, pour le cinéma, d’un roman de Georges Simenon, Les Volets verts, dont le premier rôle devrait être tenu par Gérard Depardieu.

Il avait été élu à l’Académie française en avril 2008.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article