Montbazon : Une petite histoire de la Seconde guerre mondiale

Publié le par la Nouvelle République

Jean Guéraud, historien local, se souvient. À cette époque, il avait 12 ans, et allait à l’école située au rez-de-chaussée de la mairie.

Les marins sur la place devant la mairie. Photo NR

Les marins sur la place devant la mairie. Photo NR

« Le 3 septembre 1939, c’est la déclaration de guerre. Les ministères se replient en Touraine. La commune de Montbazon est choisie pour recevoir la marine de guerre. Veigné hébergeait quant à elle la marine marchande. À Montbazon, les pompons rouges sont logés dans des baraquements installés autour du château d’Artigny, mais aussi dans le bâtiment Saint-Martin, situé dans la rue Emmanuel-Brault, ainsi qu’à la Grange rouge. Une autre partie est aussi recueillie chez l’habitant. Comment occuper tout ce personnel militaire ? L’abbé Nicault va mettre à leur disposition sa salle de spectacle Saint-Joseph, située le long de la route de Monts, munie de 221 places assises.

C’était la salle de spectacles où se déroulaient des projections cinématographiques toutes les semaines. L’opérateur bien connu était Turpin. Mais le 16 juin 1940, devant l’avance des Allemands, des cars emmènent tous les marins vers Rochefort et Lorient. Tristesse des adieux, car des amitiés étaient nées. Mais le lendemain, 17 juin, le canon se fait entendre. Sur la nationale, une marée humaine se dirige vers le sud de la France. C’est l’exode, les anciens se rappellent du château d’Artigny recouvert de goudron pour ne pas être repéré. C’était les marins qui avaient réalisé ce travail. »

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article