Marc Fumaroli, historien et Académicien, est mort à l’âge de 88 ans

Publié le par 20 Minutes par C.R. avec AFP

IMMORTEL Marc Fumaroli avait été élu le 2 mars 1995 au fauteuil d’Eugène Ionesco 

Marc Fumaroli au Château de Chantilly en 2011 — BISSON/JDD/SIPA

Marc Fumaroli au Château de Chantilly en 2011 — BISSON/JDD/SIPA

Un immortel s’en est allé. Ce mercredi, l’historien spécialiste du XVIIe siècle et Académicien Marc Fumaroli est mort à l’âge de 88 ans, a annoncé l'Académie française. « Le secrétaire perpétuel et les membres de l’Académie française ont la tristesse de faire part de la disparition de leur confrère M. Marc Fumaroli, décédé le 24 juin à Paris. Il était âgé de 88 ans. Il avait été élu le 2 mars 1995 au fauteuil d’Eugène Ionesco », a indiqué l’institution dans un communiqué.

Atteint par le cancer, en passe de perdre une partie de sa vue, son état de santé s’était récemment dégradé. Ce grand pessimiste au caractère ombrageux, ami proche du gai et lumineux Jean d’Ormesson, redisait au Point en 2018 : « Ce monde m’attriste et m’inquiète. » C’est d’ailleurs lui qui préfaça les Œuvres de Jean d’Ormesson dans La Pléiade.

Élu au Collège de France en 1986

Né à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 10 juin 1932, Marc Fumaroli a passé son enfance et son adolescence à Fès, au Maroc. Son père est consul de France, sa mère est sa première institutrice. Il étudie ensuite à Aix-en-Provence et à la Sorbonne où il réussit, en 1958, son agrégation de lettres classiques. Il effectue une partie de son service militaire dans les Aurès, à la fin des années 1950.

Après un passage par la fondation Thiers, il enseigne une dizaine d’années à la faculté de lettres de Lille. En 1976, il devient maître de conférences à Paris IV-Sorbonne. En 1986, il est élu professeur au Collège de France, sur présentation du poète Yves Bonnefoy et de l’historien Jean Delumeau.

Un potentiel ministre

Dans les années 1990, on a parlé de lui pour être ministre de l’Éducation nationale ou de la Culture : « Oui, Edouard Balladur [candidat en 1995 à la présidence] y avait songé », assurait-il au Point en 2018. Mais la défaite d’Edouard Balladur face à Jacques Chirac a rendu l’opération impossible.

Lauréat de plusieurs prix, Marc Fumaroli a enseigné ou donné des conférences dans de nombreuses universités étrangères, notamment aux États-Unis (Columbia, Johns Hopkins, Harvard, Princeton etc.) mais aussi en Grande-Bretagne et en Italie, pays qu’il considérait comme « sa seconde patrie. »

Membre de nombreuses sociétés savantes françaises et étrangères, longtemps responsable de revues historiques, préfacier de nombreux livres, ce dix-septiémiste était l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont L’âge de l’éloquence, Le poète et le roi, Jean de la Fontaine, Quand l’Europe parlait français, Chateaubriand, poésie et terreur, La République des lettres ou Paris New-York et retour, plusieurs fois réédité, dans lequel il s’en prenait aux dérives de l’art contemporain.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article