Oradour sur Glane : une cérémonie simple mais "nous avons pu rendre hommage aux martyrs"

Publié le par France Bleu par Jérôme Edant, France Bleu Limousin

Contraintes sanitaires obligent, la commémoration du massacre d'Oradour sur Glane se déroule ce mercredi en comité restreint. Après l'hommage des familles de martyrs le matin, une cérémonie officielle mais simple s'est tenue dans l'après-midi. Un soulagement tout de même pour les familles.

Une cérémonie restreinte, mercredi 10 juin 2020, pour la commémoration du massacre d'Oradour sur Glane Radio France - Jérôme Edant

Une cérémonie restreinte, mercredi 10 juin 2020, pour la commémoration du massacre d'Oradour sur Glane Radio France - Jérôme Edant

Pour la toute première fois, les cérémonies de commémoration du massacre d'Oradour sur Glane, au cours duquel 642 habitants furent assassinés par la division nazie Das Reich le 10 juin 1944, ont été réduites à leur plus simple expression. Malgré le déconfinement, les contraintes sanitaires ont empêché le déroulement traditionnel de ces hommages.

Ce mercredi matin, autour de Robert Hébras, dernier survivant du massacre, de Claude Milord, président de l'association nationale des familles de martyrs et du maire Philippe Lacroix, une cinquantaine de membres des familles de martyrs se sont recueillies devant le Tombeau des Martyrs, près des ruines du village.

Il n'y a pas eu de défilé, ce 10 juin 2020, dans les rues du village martyr d'Oradour sur Glane Radio France - Jérôme Edant

Il n'y a pas eu de défilé, ce 10 juin 2020, dans les rues du village martyr d'Oradour sur Glane Radio France - Jérôme Edant

Une cérémonie simple, sans défilé ni messe

Une cérémonie simple, courte et en comité restreint, notamment sans la participation traditionnelle des écoliers de la commune.  Mais cet hommage a tout de même suscité un certain soulagement à Oradour sur Glane, où les familles de martyrs craignaient, il y a encore quelques semaines, de ne pas pouvoir rendre le moindre hommage collectif aux victimes. "Au moins, nous avons pu rendre hommage aux martyrs" souligne, ému, Claude Milord, le président de l'association des familles de martyrs. "Il n'y a pas eu de défilé ni de messe, mais il était important que le familles aient pu rendre hommage aux victimes. Il n'aurait pas pu en être autrement".

    Partout, le souvenir s'estompe...

Près du Tombeau des Martyrs, Robert Hébras, dernier survivant du massacre du 10 juin 1944, se montre pensif : "je regrette que la cérémonie ne se soit pas passée comme d'habitude, mais le maire et le président de l'association ont quand même organisé quelque chose de parfait. Le symbole et le recueillement sont là. Cela me rassure car je me dis : est-ce que ça continuera ? Partout, le souvenir s'estompe..."

Robert Hébras, dernier survivant du massacre d'Oradour sur Glane, craint la disparition progressive du souvenir Radio France - Jérôme Edant

Robert Hébras, dernier survivant du massacre d'Oradour sur Glane, craint la disparition progressive du souvenir Radio France - Jérôme Edant

Malgré l'absence des jeunes générations cette année aux cérémonie du massacre d'Oradour sur Glane, Robert Hébras leur adresse encore et toujours ce message : "qu'ils n'oublient pas ce qui s'est passé à Oradour, ce qui s'est passé et ce qui se passe dans le monde et qu'il ne fasse pas n'importe quoi..."

Après l'hommage des familles de martyr, une cérémonie officielle, simple et courte, s'est déroulée en milieu d'après-midi en présence du préfet de la Haute-Vienne, du maire d'Oradour et des principaux élus du département, autour de Robert Hébras et de Claude Milord.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article