Allemagne : l'un des tout derniers procès du nazisme s'ouvre à Berlin

Publié le par La Dépêche La Rédaction avec AFP

L'un des derniers procès du nazisme s'ouvre à Berlin lundi 6 juillet contre un ancien SS, à l'époque garde de camp.  

Le procès contre Bruno Dey, ancien garde SS, s'ouvre aujourd'hui à Berlin Le procès contre Bruno Dey, ancien garde SS, s'ouvre aujourd'hui à Berlin AFP - JANEK SKARZYNSKI

Le procès contre Bruno Dey, ancien garde SS, s'ouvre aujourd'hui à Berlin Le procès contre Bruno Dey, ancien garde SS, s'ouvre aujourd'hui à Berlin AFP - JANEK SKARZYNSKI

L'un des derniers procès du nazisme s'est ouvert à Berlin, ce lundi. Bruno Dey, 93 ans, était garde SS dans le camp de Stutthof, situé à 40 km de Gdansk (actuelle Pologne). Il est accusé de complicité du meurtre de 5230 prisonniers. À l’époque âgé de 17 ans, l'ancien garde SS est jugé par la cour des mineurs.

Aujourd'hui en fauteuil roulant, Bruno Dey continue de clamer son innocence. "J'ai été obligé de le faire. C'était un ordre", s'est-il défendu le 20 mai dernier face à la présidente de la cour. Ses avocats assurent que leur client n'a jamais rejoint les rangs SS de son plein gré, mais qu'il y a été affecté, sa santé ne lui permettant pas d'être mobilisé sur le front.

Longtemps jugée laxiste sur son traitement des anciens nazis, l'Allemagne multiplie ces dernières années les jugements d'anciens SS pour complicité de meurtre. Avant réservés aux hauts dignitaires de la hiérarchie nazie, ces chefs d'accusation ont été élargis aux gardiens de camps. Aucun accusé n'a cependant été condamné à de la prison jusque-là, en raison de leur état de santé.

Le camp de Stutthof, crée en 1939, a vu passer près de 115 000 prisonniers. 65 000 y ont perdu la vie. Le verdict du procès contre Bruno Dey doit être rendu le 23 juillet.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article