Décès de Gisèle Halimi, avocate et figure du féminisme en France

Publié le par Sortiraparis par Laurent P.

Gisèle Halimi, célèbre avocate, figure du féminisme en France et ancienne députée, est décédée à l'âge de 93 ans.

Décès de Gisèle Halimi, avocate et figure du féminisme en France

Une grande dame s'en est allée... Gisèle Halimi, célèbre avocate ayant consacré sa vie à la cause des femmes, figure du féminisme en France et ancienne députée, est décédée mardi 28 juillet à l'âge de 93 ans, a annoncé sa famille. "Elle s'est éteinte dans la sérénité, à Paris", a ainsi indiqué l'un de ses fils, Emmanuel Faux.

Une avocate de la cause féministe de premier plan... Lors d'un procès qui défraiera la chronique en 1972 à Bobigny, elle prend la défense de Marie-Claire Chevalier, une jeune femme, mineure, ayant avorté à la suite d'un viol. Une affaire qui a abouti trois ans plus tard à la légalisation sur l'avortement. Auparavant, en 1971, elle fonde en compagnie de Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir l'association pour le droit à l'avortement Choisir la cause des femmes, puis fait partie la même année des signataires du manifeste des 343 salopes, "disant publiquement avoir avorté", comme nous le rappellent nos confrères de Francetvinfo.

Députée de l'Isère en 1981, elle poursuit sa lancée avec une loi autorisant le remboursement de l'IVG qui sera finalement votée en 1982. Elle fait également partie, en 1998, des fondatrices du mouvement Attac, l'Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne. Une avocate qui ne s'est pas battue que pour les femmes... Autre affaire retentissante dont elle s'est occupée : la défense en justice de militants FLN, dont Djamila Boupacha, pendant la guerre d’Algérie.

Une écrivaine également, avec plusieurs romans, biographies et autres témoignages. Parmi ces oeuvres, on peut évoquer Djamila Boupacha, paru en 1962, ou encore Fritna, oeuvre biographique sur la vie de sa propre mère, et publiée en 1999. Une grande dame à laquelle a rendu hommage mardi 28 juillet Éric Dupond-Moretti, l'actuel Garde de Sceaux, lors d'une session de questions-réponses à l'Assemblée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article