Finistère. Les hommages après le décès de Roger Mellouët

Publié le par Ouest-France

Sa famille politique et des élus finistériens réagissent à la disparition de Roger Mellouët, vice-président du conseil départemental du Finistère et ancien maire de Pont-de-Buis.

À droite, Roger Mellouët aux côtés de Nathalie Sarrabezolles et Marc Labbey. | OUEST-FRANCE

À droite, Roger Mellouët aux côtés de Nathalie Sarrabezolles et Marc Labbey. | OUEST-FRANCE

Roger Mellouët, ancien maire de Pont-de-Buis (Finistère) et vice-président du conseil départemental, est décédé lundi 27 juillet 2020, à l’âge de 71 ans.

Natahalie Sarrabezolles, présidente PS du Département

« Depuis hier soir, le conseil départemental est en deuil. Roger Mellouët était l’un de ses piliers : par son action, par sa présence, par sa constance, par son attachement à défendre des politiques départementales au service des Finistérien·ne·s et du Finistère.

Depuis hier soir, la gauche est en deuil. Son ancrage n’a jamais varié : fidèle à ses engagements, fidèle à ses valeurs, Roger a toujours été attentif à mettre en œuvre un projet au service de l’égalité, de l’émancipation, du progrès et de la justice pour toutes et tous.

Depuis hier soir, je suis profondément triste. J’ai perdu un camarade de tous les instants, depuis mon élection en 2008. Un heureux hasard, s’il existe un hasard, nous a faits voisins de sièges à l’assemblée et c’est notamment par lui, par sa voix et par son regard malicieux, que j’ai appris à connaître le conseil général. […]

Depuis hier soir, surtout, la famille de Roger est en deuil. Elle pleure un mari, un compagnon, elle pleure un père et un grand-père. J’adresse à Dominique, son épouse, j’adresse à ses enfants et petits-enfants mes plus sincères condoléances.

Adieu, Roger. Adieu cher camarade. Ton sens politique nous manquera, ton regard juste nous manquera, ton amitié nous manquera, tes rires comme tes bouillonnements nous manqueront, ton verbe haut nous manquera, tes chansons nous manqueront, mais ton souvenir restera. »

Christian Troadec, maire de Carhaix, conseiller départemental

« C’est avec une profonde émotion et une grande tristesse que j’ai appris le décès de Roger Mellouët. J’ai longtemps siégé avec lui à la commission des finances du conseil départemental du Finistère où nous n’étions pas toujours pas d’accord mais où les débats étaient toujours possibles. Roger affectionnait ce côté bretteur. De grande compétence, il connaissait parfaitement ses dossiers et défendait avec âpreté son point de vue. Constant dans ses convictions, il avait participé à la conquête du pouvoir du Parti socialiste en Finistère et en Bretagne. J’aimais qu’il me rappelle ce qui a construit la gauche en Bretagne. Roger Mellouët […] était convaincu qu’aucune politique ne peut se permettre de laisser des gens au bord de la route. »

Loïg Chesnais-Girard, président du conseil régional de Bretagne

« Roger Mellouët ne laissait pas indifférent, par sa moustache, sa voix. Il savait défendre ses dossiers avec humour, parfois, mais toujours avec justesse. Il aimait sa ville et son département. Fervent promoteur du parc d’Armorique, je l’ai rencontré plusieurs fois et je garde de lui le souvenir d’un élu totalement engagé au service de son territoire. Il incarnait l’élu au service des autres, qui avait des convictions et qui savait les faire entendre. Au nom de la Bretagne je présente à sa famille mes sincères condoléances. »

Didier Le Gac, député de Brest

« Profondément peiné par cette disparition, je veux aujourd’hui, me souvenant des séances qu’il présidait, me rappeler de sa gouaille, de ses interventions tonitruantes et de son attachement aux valeurs humaines et aux relations interpersonnelles qui dépassaient largement les clivages politiques.

Je me souviens aussi de son sens de l’intérêt général et du souci du bien public au service des habitants de sa commune, Pont-de-Buis, dont il nous parlait tant, et de l’ensemble des finistériens.

À son épouse, ses enfants, ses petits-enfants, sa famille et ses proches, j’adresse mes

condoléances les plus sincèrement attristées et mes sincères amitiés. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article