Gina Lollobrigida, son jardinier et ses millions perdus

Publié le par Le Point par Marc Fourny

VIDÉO. Selon « Paris Match », la star italienne serait sous l'emprise de son jardinier, qui aurait profité de ses millions. La justice est saisie…

 Gina Lollobrigida, son jardinier et ses millions perdus

Gina Lollobrigida, son jardinier et ses millions perdus

La vie de Gina Lollobrigida tourne au mauvais feuilleton. Âgée de 92 ans, celle qui fut l'un des plus grands sex-symbols des années 1950 vivrait sous l'influence pernicieuse de son jeune jardinier, embauché il y a une dizaine d'années, un ambitieux qui aurait fait le vide autour d'elle pour mieux profiter de sa fortune. C'est en tout cas ce que soupçonnent le fils unique de la star, Milko Skofic, ainsi que son dernier mari, l'Espagnol Javier Rigau, qui accusent son homme de main d'avoir détourné 4,5 millions d'euros, sur une fortune évaluée à 15 millions. « Une histoire à tiroirs, sur fond de querelle familiale, mêlant argent, séduction, intrigues et manipulations », rapporte cette semaine Paris Match, qui décortique l'affaire en détail.

Tout a commencé par l'embauche du jeune Andrea Piazzolla, chargé par l'actrice de tailler au cordeau les haies de sa splendide villa sur la via Appia, à Rome. Le jardinier se rend peu à peu indispensable, devient l'homme à tout faire de la star, chauffeur, confident, ange gardien et bientôt directeur de ses sociétés de gestion de fortune. Il aurait notamment gagné sa confiance après avoir déjoué une arnaque qu'il pourrait, selon ses détracteurs, avoir lui-même fomentée… Andrea, 32 ans, belle gueule et culot monstre, fait le vide autour de Gina, renvoie son avocate et son manageur de trente ans, isole l'actrice de son fils et de son petit-fils, qui sera sommé de quitter la villa de la via Appia où il vit depuis des années, au côté de sa grand-mère…

« Déficience psychique »

Dans le même temps, des opérations douteuses sont réalisées : achat d'une collection de voitures de luxe, fêtes somptueuses, voyages en hélicoptère, ventes d'appartements autour du quartier de la place d'Espagne, dont une partie des bénéfices se sont retrouvés sur des comptes bancaires de membres de la famille du jardinier… Les proches s'inquiètent, demandent une expertise psychiatrique de Gina qui conclut à la parfaite lucidité de l'actrice sur sa carrière, mais pointe « une déficience psychique » et des traits de caractère « narcissiques, obsessionnels, compulsifs et paranoïaques ».

Dans Paris Match, Gina Lollobrigida défend son protégé, soutenant qu'il l'aurait déjà sauvée trois fois de la mort et dénonce une cabale : « Ils ont décidé de me faire mourir d'une manière méprisable comme on ne le fait même pas avec les criminels ! » tonne-t-elle. Dans son viseur, son dernier mari, l'Espagnol Javier Rigau, épousé par procuration en 2010, avec lequel les relations furent souvent orageuses – elle lui a fait trois procès ces dernières années pour annuler ses noces, tous perdus. « Piazzolla m'a privé de la femme de ma vie, accuse aujourd'hui Rigau. Gina est perdue, irrécupérable. Il l'a isolée de son entourage autant que d'elle-même. »

À la justice désormais de trancher. Les juges italiens ont déjà décidé, il y a deux ans, la mise sous séquestre de la propriété romaine de la star tout en nommant un administrateur de soutien pour gérer ses comptes, une démarche qui pourrait déboucher sur une mise sous tutelle. Le 9 juillet prochain, ils décideront d'éventuelles poursuites contre Andrea Piazzolla, soupçonné d'abus de faiblesse. Le dernier chapitre de la vie tumultueuse de Gina Lollobrigida risque bel et bien de se terminer dans une bataille judiciaire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article