Le beau-frère d’un parrain italien de la fausse monnaie arrêté à Paris

Publié le par Le Parisien par Vincent Gautronneau

Trois personnes liées la Camorra ont été interpellées en France dans le cadre d’une enquête sur de la fausse monnaie. Parmi eux, un très proche d’un parrain de l’organisation mafieuse napolitaine.

Les faux billets découverts en 2017 en Italie étaient souvent des coupures de 50 euros « plutôt de bonne qualité ». (Illustration) Gendarmerie Nationale

Les faux billets découverts en 2017 en Italie étaient souvent des coupures de 50 euros « plutôt de bonne qualité ». (Illustration) Gendarmerie Nationale

Depuis quelques années, il s'était mis au vert en France, vivait discrètement et modestement. A 58 ans, cet Italien avait décidé de prendre le large, de s'écarter de la région napolitaine et de la Camorra, à laquelle il est suspecté d'être intimement lié : son beau-frère est considéré comme le parrain d'une branche de cette redoutable et redoutée organisation mafieuse. Le quinquagénaire a pourtant été interpellé mercredi à Paris par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre le faux monnayage (OCRFM).

Depuis octobre 2017, les carabiniers italiens enquêtaient sur ce clan soupçonné de l'écoulement de plusieurs milliers de faux billets. Deux autres suspects ont été interpellés en France, en Charente et Paris. Dans le même temps, 40 personnes ont été arrêtées par les policiers italiens, qui suspectent aussi les faussaires d'avoir aussi prospéré dans le trafic de stupéfiants. Un homme a aussi été interpellé en Belgique. Au total, les autorités ont saisi 8 millions d'euros en espèces, et 8 millions d'avoir criminels.

«Assez proches des vrais»

En 2017, les policiers italiens constatent une recrudescence de fausse monnaie en Campanie. Souvent des billets de 50 euros « plutôt de bonne qualité, constate une source proche de l'enquête. Ils étaient réalisés avec des imprimantes offset et étaient assez proches des vrais. » Au total, selon les carabiniers, environ 10 millions d'euros auraient ainsi été mis en circulation en Italie. Quelques centaines de billets ont aussi été trouvées en France.

Les carabiniers italiens s'intéressent à un homme de 55 ans, considéré comme un parrain local à Bénévent, une ville située à une cinquantaine de kilomètres de Naples, le berceau historique de la Camorra. Une longue enquête permet de constater que ses équipes ne produisent pas directement les faux billets, mais sont très liées avec les faussaires. « Ils en achetaient à prix d'ami car il est de toute manière impossible de produire de la fausse monnaie à Naples sans la bénédiction de la mafia », explique un proche du dossier. Durant plusieurs mois, le réseau est scruté.

Une mule originaire de Charente

En France, les policiers spécialisés sont avisés qu'un homme de 35 ans originaire de Charente dispose de connexion avec le réseau. Pour les policiers italiens, ce cocaïnomane sert de mule, « rapporte des billets en France ou convoie de la fausse monnaie un peu partout en Italie pour les mafieux. »

L'autre cible des policiers français est bien plus intéressante. Il y a plusieurs mois, les enquêteurs de la police judiciaire s'étaient penchés sur le cas de cet homme inconnu de la police en France, mais condamné pour des braquages de l'autre côté des Alpes. Rien de suspect n'avait été détecté. Le beau-frère du parrain, présenté comme « très proche de lui », est pourtant suspecté d'avoir eu un rôle actif dans les activités du réseau criminel. Son homme à tout faire, un Franco-Italien installé à Paris, a lui aussi été interpellé mercredi. Les trois hommes devraient prochainement faire l'objet d'une extradition vers l'Italie.

Selon les policiers spécialisés, un tiers des 500 000 faux billets saisis en Europe en 2018 ont terminé leur course en France. La majorité de cette monnaie contrefaite serait aujourd'hui fabriquée par des réseaux mafieux implantés en Italie.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article