Le Mans. Décès de Gisèle Halimi : « la mémoire de ses combats restera vivante »

Publié le par Ouest-France avec Le Maine Libre par Mathilde Belaud

L’avocate engagée Gisèle Halimi, qui a consacré sa vie à la cause des femmes et au droit à l’avortement, est décédée ce mardi 28 juillet à l’âge de 93 ans. Au Mans, l’espace associatif dédié au droit des femmes porte son nom.

Gisèle Halimi a donné son nom à l’espace associatif pour le droit des femmes. | ARCHIVES LE MAINE LIBRE – HERVÉ PETITBON

Gisèle Halimi a donné son nom à l’espace associatif pour le droit des femmes. | ARCHIVES LE MAINE LIBRE – HERVÉ PETITBON

L’avocate et ancienne députée Gisèle Halimi, qui a consacré sa vie à la cause des femmes et au droit à l’avortement, est décédée mardi, au lendemain de son 93e anniversaire.

Issue d’une famille modeste, Gisèle Halimi est née le 27 juillet 1927 à La Goulette en Tunisie. Avocate engagée, elle était entrée dans la légende du combat pour le droit des femmes à l’avortement en défendant la cause d’une jeune fille de 16 ans, Marie-Claire Chevalier, accusée d’avoir avorté après avoir été victime d’un viol, lors du procès de Bobigny.

Toute sa vie, elle s’est battue pour le droit des femmes et pour le droit à l’IVG.

« Femme d’histoire »

Des combats dont elle avait témoigné au Mans en 2005, lors des rencontres « Femmes d’histoire » à l’invitation de la Délégation aux droits de la femme de la Sarthe. Sa conférence avait alors été ovationnée par le public.

En octobre 2011, Gisèle Halimi a donné son nom à l’espace associatif dédié au droit des femmes, situé 30, avenue Geneslay au Mans, qui accueille le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) et l’association SOS femmes accueil 72.

« Un lieu de lumière, de liberté, de réflexion, de rêve »

Pour des raisons personnelles, Gisèle Halimi n’avait pas pu être présente lors de la cérémonie de baptême du lieu. Mais elle avait tenu à adresser un message fort aux Manceaux qui luttent pour le droit des femmes, par la voix de Séverine Dupagny, membre de son association qui la représentait.

"C’est un lieu de lumière, de liberté, de réflexion, de rêve. Le choix de donner le nom de Gisèle Halimi à cette image la touche particulièrement. Les femmes ont déjà gagné beaucoup de cet espace. Nous avons gagné de la liberté et de la dignité humaine. Mais vous savez aussi ce qui reste à faire, mais aussi dans l’immédiat, ce que nous devons faire dans l’urgence, pour que nos conquêtes ne soient pas remises en question."

« Ce lieu sera valorisé »

Stéphane Le Foll, maire du Mans, a réagi sur twitter à l’annonce du décès de Gisèle Halimi.

« Elle était venue au Mans partager ses combats avec « Femmes d’histoires ». Une grande dame nous a quittés, mais la mémoire de ses combats restera vivante. Le Mans a donné à son espace associatif au droit des femmes le nom de Gisèle Halimi. Ce lieu sera valorisé ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article