Macron et Hollande saluent Jacqueline Sauvage, morte "en liberté"

Publié le par Le HuffPost

Les deux présidents ont évoqué un symbole et une femme emblématique du combat contre les violences faites aux femmes.

AFP / TF1 / Twitter Jacqueline Sauvage, décédée en cette fin du mois de juillet, a reçu les hommages de deux présidents de la République: Emmanuel Macron et François Hollande.

AFP / TF1 / Twitter Jacqueline Sauvage, décédée en cette fin du mois de juillet, a reçu les hommages de deux présidents de la République: Emmanuel Macron et François Hollande.

DISPARITION - La mort d’un symbole. Ce mercredi 29 juillet, on a appris que Jacqueline Sauvage était décédée cet été, elle qui était devenue l’un des visages de la lutte contre les violences conjugales après son procès pour avoir tué son mari violent et la grâce présidentielle accordée par François Hollande par la suite. 

Une disparition que l’ancien chef de l’État a d’ailleurs qualifiée de “douloureuse”, dans un message d’hommage adressé à Jacqueline Sauvage et à ses proches. “C’est le rappel douloureux d’un drame conjugal qui avait bouleversé l’opinion publique car elle avait subi pendant des années des violences insupportables de la part de son conjoint. Beaucoup de femmes battues s’étaient reconnues en elle.” 

Condamnée en 2015 pour le meurtre de son mari à plus de dix ans de prison, j’avais considéré que sa situation exceptionnelle justifiait, après quatre ans de détention, une mesure elle-même exceptionnelle”, rappelle aussi François Hollande. “Je l’avais donc graciée et elle avait pu rejoindre son village et ses enfants”, ajoute l’ancien chef de l’État, qui se réjouit que le décès de Jacqueline Sauvage soit survenu alors qu’elle était “en liberté”. 

Le successeur et ancien ministre de François Hollande, Emmanuel Macron a également réagi à la disparition de Jacqueline Sauvage, pratiquement sur le même ton. “Elle s’en est allée libre”, a écrit l’actuel président de la République sur Twitter, saluant le “symbole de la lutte contre les violences faites aux femmes”, dont Emmanuel Macron a fait “une grande cause” de son quinquennat. 

Ce combat, nous continuerons sans relâche à le mener”, ajoute le chef de l’État, transmettant ses pensées aux proches de la septuagénaire. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article