Marseille bascule à gauche : après un incroyable suspense Michèle Rubirola est élue maire

Publié le par La Dépêche par Sébastien Marcelle

Michèle Rubirola, cheffe de file de l'union de la gauche et des écologistes à Marseille a été élue maire, ce samedi, en remplacement de Jean-Claude Gaudin (LR), élu pendant 25 ans à la tête de la deuxième ville de France. La victoire historique de la gauche est le fruit d'un accord trouvé avec difficulté entre Michèle Rubirola et l'élue des quartiers nord de Marseille Samia Ghali (DVG) qui avait présenté ses propres listes aux élections. 

Michèle Rubirola (EELV, Printemps Marseillais) est la nouvelle maire de Marseille.

Michèle Rubirola (EELV, Printemps Marseillais) est la nouvelle maire de Marseille.

La gauche marseillaise peut enfin fêter la victoire. Un peu moins d'une semaine après le second tour des élections municipales, Marseille connaît le nom de sa maire après un troisième tour à suspense, ce samedi. Il s'agit de l'écologiste Michèle Rubirola (EELV) qui avait mené campagne à la tête des listes d'union de la gauche et des écologistes du Printemps marseillais.

Michèle Rubirola, 63 ans, a obtenu la majorité absolue, 51 voix sur 92 conseillers, le RN s'étant abstenu, grâce au soutien de dernière minute de la sénatrice ex-PS samia Ghali. Elle a été longuement applaudie. 

Mais la journée a été très longue. Âpres négociations, suspensions interminables, départ théâtral des élus du RN, le conseil municipal a donné des sueurs froides à tous les Marseillais. Au premier tour de scrutin, Michèle Rubirola avait fait le plein de ses voix au conseil municipal (avec 42 bulletins), tout comme le député LR Guy Teissier (41). Forte de neuf élus, la sénatrice ex-PS des quartiers Nord Samia Ghali n'a par contre drainé que huit bulletins. Un vote blanc a été comptabilisé.

Victoire en deux tours de scrutin

Avec le départ avec fracas des neuf élus du Rassemblement national, dont le leader Stéphane Ravier n'est finalement pas entré en lice, seuls 92 élus sur 101 restaient donc dans l'hémicycle, soit une majorité absolue nécessaire de 46 voix, compte tenu du bulletin blanc. Ce cap n'ayant été atteint par aucun candidat, un deuxième tour de vote a dû être organisé après une très longue suspension de séance de près de 3 heures très tendue.

Entre-temps Samia Ghali avait décidé d'apporter son soutien à Michèle Rubirola après des longues tractations qui se sont déroulées en coulisse.

"J'ai décidé de ne pas présenter ma candidature et d'apporter mon soutien à Michèle Rubirola", a déclaré Mme Ghali (ex-PS) à la reprise de la séance du premier conseil municipal de la nouvelle mandature. Avec ses neuf voix, elle permet donc à l'union de la gauche et des écologistes de remporter la majorité absolue et de ravir la mairie aux Républicains.

Malgré ses 38,3% des suffrages au second tour dimanche dernier, loin devant les listes LR (30,8%), Michèle Rubirola, 63 ans, médecin dans des quartiers populaires et écologiste de la première heure, n'a donc été assurée que ce samedi d'être la première femme à la tête de la deuxième ville de France.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article