Michèle Rubirola élue maire de Marseille

Publié le par Le Figaro

Le Conseil municipal a désigné la candidate du Printemps Marseillais comme nouvelle édile de la deuxième ville de France. Une victoire acquise grâce au ralliement de Samia Ghali après le premier tour.

Michèle Rubirola, le 28 juin 2020. CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Michèle Rubirola, le 28 juin 2020. CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Marseille connaît enfin son nouveau maire. Michèle Rubirola a été élue ce samedi 4 juillet après deux tours de vote. Avec 51 voix, Michèle Rubirola l'emporte face à Guy Teissier (LR) et succède à Jean-Claude Gaudin. Cette élection met fin à une semaine rocambolesque faite de tractations entre les différentes listes en course.

Cette situation d'incertitudes était directement liée aux résultats du 2nd tour des municipales, dimanche 28 juin. Le vote des Marseillais n'a pas permis de dégager une majorité absolue (51 sièges sur 101), mettant les listes du Printemps marseillais, menés par Michèle Rubirola (38,28% des voix, 42 sièges), au coude-à-coude avec celles des Républicains (30,75% des voix, 39 sièges), incarnés par Guy Teissier après le retrait de Martine Vassal. Des alliances étaient donc nécessaires pour obtenir la majorité absolue, et les ralliements de Samia Ghali (PS dissident, 9 élus), Stéphane Ravier (RN, 9 élus) et Bruno Gilles (LR dissident, 2 élus) étaient indispensables pour l'emporter. Pour être élu au 1er ou 2nd tour, un candidat devait obtenir la majorité absolue des voix.

Accueillis par de nombreux manifestants, les élus du Conseil municipal ont connu des fortunes diverses lors de leur arrivée à l'hôtel de ville. Notre envoyé spécial a constaté que les membres des listes du Printemps marseillais ont été «ovationnés», tandis que les autres ont eu droit à des sifflets et des gestes d'hostilité.

Un Conseil sous tension

Quelques minutes à peine après le début de la séance, celle-ci a dû être suspendue. Stéphane Ravier et ses élus ont quitté l'hémicycle en raison de l'absence de débat. Le RN a refusé de prendre part à ce qu'il qualifie de «mascarade de démocratie». Et d'ajouter : «Nous ne sommes pas à vendre, nous ne vendons pas nos électeurs». La reprise de la séance s'est donc faite sans les neuf élus des listes Ravier. Au premier tour, où le retrait du RN et un vote blanc ont abaissé la majorité à 46 voix, Michèle Rubirola était en tête (42) devant Guy Teissier (41) et Samia Ghali (8).

De longues tractations ont eu lieu entre les deux tours, donnant lieu à une suspension de séance de près de deux heures. Puis une nouvelle, dans la foulée, d'une heure. Au retour de cette pause, Samia Ghali avait annoncé son retrait et son ralliement à Michèle Rubirola, faisant ainsi basculer l'élection. Cela faisait 25 ans que la gauche n'avait pas été au pouvoir à Marseille, et Michèle Rubirola est la première femme à exercer cette fonction.

Outre les membres du Printemps Marseillais, la nouvelle maire a salué le ralliement de Samia Ghali ainsi que l'engagement de Jean-Claude Gaudin, «qui a consacré une grande partie de sa vie» à la ville.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article