Mort de Jacqueline Sauvage : sa famille refuse de donner les causes du décès

Publié le par Gala par Mathieu Lecerf

Un mystère. Le 23 juillet, Jacqueline Sauvage, cette mère de famille emprisonnée pour avoir tué son mari violent avant d'être graciée, est décédée à l'âge de 72 ans. Les causes de sa mort ne sont pas connues.

Mort de Jacqueline Sauvage : sa famille refuse de donner les causes du décès

Ce mercredi 29 juillet, le quotidien La République du Centre a annoncé dans ses pages la mort de Jacqueline Sauvage, survenue quelques jours plus tôt, le 23 juillet, à son domicile de La Selle-sur-le-Bied. Âgée de 72 ans, elle était devenue l'un des symboles de la lutte contre les violences faites aux femmes après avoir été condamnée à 10 ans de prison en 2012 pour avoir abattu son mari violent de trois coups de fusil, avant d'être graciée en 2016.

La comédienne Muriel Robin avait incarnée Jacqueline Sauvage dans un téléfilm à succès, elle a réagi ce 29 juillet à cette disparition sur les ondes d'Europe 1, en manifestant beaucoup de tristesse : "Son dossier a pu faire bouger les choses !", n'hésitant pas à comparer son destin à celui de Gisèle Halimi, décédée elle aussi cette semaine. Deux symboles de la lutte des femmes.

Les trois filles de Jacqueline Sauvage, Sylvie, Carole et Fabienne, à Paris, le 29 janvier 2016. Bestimage

Les trois filles de Jacqueline Sauvage, Sylvie, Carole et Fabienne, à Paris, le 29 janvier 2016. Bestimage

La famille refuse de communiquer

Un mystère demeure cependant : les causes du décès. Si elle s'est éteinte entourée de ses trois filles (qui n'ont jamais abandonnée), on ne sait pas ce qui a provoqué sa mort. Et l'annonce tardive pousse à penser que la famille ne communiquera pas dessus, d'autant plus que ses obsèques se sont déjà déroulées - ce mardi 28 juillet dans la plus stricte intimité. Et si la famille refuse de communiquer sur les causes de son décès, on laissera le mot de la fin à son avocate qui lève peut-être le voile sur la souffrance de cette femme dont la vie n'a été qu'une succession de cauchemars (dont le suicide de son fils) : "C’est une femme qui a vécu 47 années de souffrance, pour qui toute l’expérience médiatique et judiciaire qu’elle a vécue a été extrêmement lourde et compliquée." Maintenant, qu'elle repose en paix.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article