Le Centre mondial de la paix de Verdun recherche les propriétaires d'un tableau dérobé pendant la Seconde Guerre mondiale

Publié le par i24News

"Je suis en possession d’une huile sur toile que mon père, sur ordre de son supérieur, dut emmener à Berlin"

JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFPPhilippe Hansch, directeur du World Peace Center, présente le 17 août 2020, à Verdun, le tableau du peintre français Nicolas Rousseau

JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFPPhilippe Hansch, directeur du World Peace Center, présente le 17 août 2020, à Verdun, le tableau du peintre français Nicolas Rousseau

Depuis le 6 août, un tableau du peintre Nicolas Rousseau, restitué à la France après avoir été dérobé durant la Seconde Guerre mondiale, est exposé au Centre mondial de la paix de Verdun (Meuse), afin de retrouver ses propriétaires qui n'ont pas encore été identifiés.

Le Centre Mondial de la Paix, des libertés et des droits de l’Homme a été choisi par la Commission d’Indemnisation des Victimes de Spoliations (CIVS) afin de permettre la restitution de cette oeuvre d'art.

Telle a été la volonté de Peter Forner, un citoyen allemand aujourd'hui décédé, qui a remis cette oeuvre en 2019 à l'ambassade de France à Berlin.

La toile a été spoliée au printemps 1944 par son père, Alfred Forner, un soldat de la Luftwaffe (armée allemande), sous-officier dans un bataillon du génie de l’aviation militaire stationné en France.

Selon le site du centre d'exposition situé dans l'ancien palais épiscopal de Verdun, le militaire avait reçu l’ordre de sa hiérarchie d’emporter le tableau de Nicolas Rousseau en vue de le déposer à Berlin. 

Sur place, à son arrivée dans la capitale allemande, l’adresse de dépôt n'existe plus, Alfred Forner décide de préserver l'oeuvre dans son appartement familial.

75 ans plus tard, son fils contacte l’Ambassade de France le 11 janvier 2019 affirmant être en possession du tableau.

"Je suis en possession d’une huile sur toile que mon père, sur ordre de son supérieur, dut emmener à Berlin. Après toutes ces années, je souhaite à présent que cette oeuvre retourne à son lieu d’origine", a-t-il indiqué.

Malgré toutes les recherches effectuées par la Commission d’Indemnisation des Victimes de Spoliations (CIVS) et la Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 (ministère de la Culture), l’origine du tableau, le lieu de la spoliation et l’identification des propriétaires légitimes n’ont pu être précisément établies.

Ainsi, après un séjour dans les locaux du service berlinois de la CIVS, au sein de l’Ambassade de France à Berlin, l'oeuvre est à présent exposée au public au Centre Mondial de la Paix, des libertés et des droits de l’Homme, comme un dernier recours. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article