Mort de Reni Santoni, figure du cinéma hollywoodien

Publié le par Le HuffPost

Connu aussi pour son rôle dans la série télévisée "Seinfeld", l'acteur américain est décédé de causes naturelles ce samedi 1er août.

ABC Photo Archives via Getty Images Reni Santoni était à l'affiche, en 1974, du film "Indict and Convict".

ABC Photo Archives via Getty Images Reni Santoni était à l'affiche, en 1974, du film "Indict and Convict".

DÉCÈS - Il avait 81 ans. Ce samedi 1er août, l’acteur américain Reni Santoni est décédé, comme l’a confirmé ce lundi son amie, la scénariste et productrice de télévision Tracy Newman, dans une publication Facebook. Il est décédé de causes naturelles après plusieurs mois de soins palliatifs.

Ceux d’entre vous qui l’ont connu savent combien il était drôle, écrit cette dernière. Quel acteur, improvisateur, interprète, etc. Il était si brillant. Je l’aimais beaucoup et il va me manquer terriblement.”

Connu du grand public aux États-Unis, il l’était un peu moins en France. Pourtant, il comptait à son actif plus d’une centaine de films. Né à New York en 1939 dans une famille originaire d’Espagne et de France, il a commencé sa carrière au théâtre. 

C’est en 1964 qu’il fait sa première apparition au cinéma dans “Le prêteur sur gages”, un long-métrage de Sydney Lumet dans lequel il joue un toxicomane qui tente de vendre une radio. Son premier grand rôle, il le tient dans la comédie “Enter Laughing”, sortie trois ans plus tard. En 1971, il donne la réplique à Clint Eastwood dans “L’inspecteur Harry”. En 1986, à Sylvester Stallone dans “Cobra”.

C’est sur le petit écran que ce dernier a terminé sa carrière, comme en témoigne son rôle emblématique dans la série culte “Seinfeld”. Reni Santoni y jouait le personnage de Poppie, un pizzaïolo pas très à cheval sur l’hygiène.

Marié une première fois à l’actrice Lisa James, il avait ensuite retrouvé l’amour avec Betty Thomas. Il laisse également derrière lui un fils, Nick, “qui a été d’un tel réconfort pour Reni au cours de ces cinq dernières années, voire plus”, conclut Tracy Newman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article