Un Allemand rend à la France un tableau spolié par son père, officier nazi, en 1944

Publié le par L'Express

75 ans après. L'oeuvre a été officiellement rendue le 23 juillet dernier au cours d'une cérémonie à l'ambassade de France à Berlin. Son propriétaire légitime est pour l'heure inconnu.

Mardi 23 juillet 2019, à l'Ambassade de France à Berlin, un Allemand de 80 ans a restitué un tableau que son père, officier de l'armée nazie avait ramené dans son pays.  Manuel Cohen

Mardi 23 juillet 2019, à l'Ambassade de France à Berlin, un Allemand de 80 ans a restitué un tableau que son père, officier de l'armée nazie avait ramené dans son pays. Manuel Cohen

C'est un poids en moins pour Peter Forner. Mardi 23 juillet, à l'ambassade de France à Berlin, cet Allemand de 80 ans a restitué à la France un tableau que son père, officier de l'armée nazie stationné en Normandie, avait ramené dans son pays, rapportent France Bleu et RFI.  

L'oeuvre, signée Nicolas Rousseau, représente une scène bucolique. Elle daterait du XIXe siècle et sa valeur est estimée à 3000 euros au minimum, selon RFI.  

Julien Acquatella, responsable en Allemagne de la Commission pour l'indemnisation des victimes de spoliations, a résumé les faits auprès de France Bleu Normandie : "Alfred, le père de Peter Forner, est officier de la Luftwaffe, stationné en Normandie. En 1944, il bénéficie d'une permission pour rentrer à Berlin et l'un de ses supérieurs lui demande de ramener chez lui ce tableau de Nicolas Rousseau. Alfred Forner se rend donc à l'adresse indiquée et là il découvre une habitation en ruine. Il décide alors de garder le tableau chez lui".  

"Partir en ayant la conscience à peu près tranquille"

A la mort de son père peu après la guerre, puis de l'épouse de ce premier, Peter Forner a récupéré le tableau et est alors informé de sa provenance. "Il y a quelques mois, il a fait un long séjour à l'hôpital, il a réfléchi à la situation et il a souhaité libérer et alléger sa conscience, comme il le dit lui-même", explique Julien Acquatella. C'est pour cette raison que l'octogénaire a décidé de contacter l'ambassade de France à Berlin début 2019, après tant d'années.  

L'oeuvre a été officiellement rendue le 23 juillet dernier au cours d'une cérémonie à l'ambassade de France à Berlin. Son propriétaire légitime est pour l'heure inconnu.

C'est un poids en moins pour Peter Forner. Mardi 23 juillet, à l'ambassade de France à Berlin, cet Allemand de 80 ans a restitué à la France un tableau que son père, officier de l'armée nazie stationné en Normandie, avait ramené dans son pays, rapportent France Bleu et RFI.  

L'oeuvre, signée Nicolas Rousseau, représente une scène bucolique. Elle daterait du XIXe siècle et sa valeur est estimée à 3000 euros au minimum, selon RFI.  

Julien Acquatella, responsable en Allemagne de la Commission pour l'indemnisation des victimes de spoliations, a résumé les faits auprès de France Bleu Normandie : "Alfred, le père de Peter Forner, est officier de la Luftwaffe, stationné en Normandie. En 1944, il bénéficie d'une permission pour rentrer à Berlin et l'un de ses supérieurs lui demande de ramener chez lui ce tableau de Nicolas Rousseau. Alfred Forner se rend donc à l'adresse indiquée et là il découvre une habitation en ruine. Il décide alors de garder le tableau chez lui".  

A la mort de son père peu après la guerre, puis de l'épouse de ce premier, Peter Forner a récupéré le tableau et est alors informé de sa provenance. "Il y a quelques mois, il a fait un long séjour à l'hôpital, il a réfléchi à la situation et il a souhaité libérer et alléger sa conscience, comme il le dit lui-même", explique Julien Acquatella. C'est pour cette raison que l'octogénaire a décidé de contacter l'ambassade de France à Berlin début 2019, après tant d'années.  

Après la cérémonie de restitution du tableau, Peter Forner a déclaré à RFI vouloir "partir en ayant la conscience à peu près tranquille et après avoir rendu quelque chose qui ne m'appartient pas ou à peut-être même été volé". Avant d'ajouter, non sans malice, selon la radio : "Bon, si ça avait été un Monet, je ne sais pas si je l'aurais fait !"

C'est la première fois qu'une oeuvre dont on ne connaît pas l'origine est remise à la France par un particulier, souligne RFI. Le tableau devrait être déposé dans une institution publique en Normandie. Son propriétaire légitime est toujours recherché.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article