Un ancien gardien de camp nazi de 93 ans condamné à deux ans de prison avec sursis

Publié le par France Culture par Thomas Cluzel, Mathieu Laurent et Rédaction

L'accusé Bruno Dey, ancien gardien SS au camp de concentration de Stutthof, en Pologne, a été reconnu "coupable de complicité dans 5.232 cas de meurtres et tentatives de meurtres" par le tribunal de Hambourg. C’est peut-être le dernier procès d'un nazi qui vient de connaitre son épilogue. 

Bruno Dey, apparu tout au long des audiences en fauteuil roulant et accompagné de ses proches, a affirmé n'avoir jamais "directement fait de mal à quelqu'un", ni ne s'être "porté volontaire pour entrer dans les SS ou servir dans un camp de la mort".• Crédits : Fabian Bimmer / pool - AFP

Bruno Dey, apparu tout au long des audiences en fauteuil roulant et accompagné de ses proches, a affirmé n'avoir jamais "directement fait de mal à quelqu'un", ni ne s'être "porté volontaire pour entrer dans les SS ou servir dans un camp de la mort".• Crédits : Fabian Bimmer / pool - AFP

Soixante-quinze ans après les procès de Nuremberg, le parquet avait réclamé trois ans de prison, la défense un non lieu. Bruno Dey, apparu tout au long des audiences en fauteuil roulant et accompagné de ses proches, a servi entre août 1944 et avril 1945 dans ce premier camp établi hors d'Allemagne.

D'autres anciens nazis sont en instance de procès mais compte tenu de leur âge, il est peu probable que leur procès se tienne un jour.

Les autres titres du journal

La Chine à l'assaut de la planète Mars. Pékin se pose en rivale des grandes puissances spatiales. La fusée Longue marche 5 a décollé ce jeudi avec à son bord la sonde qui doit atteindre la planète Mars dans sept mois. La rivalité de plus en plus criante avec les Etats-Unis déborde du cadre terrien pour investir le cosmos. Cette mission vers Mars intervient au lendemain de la décision américaine de fermer le consulat chinois à Houston, considéré par Washington comme un épicentre de l'espionnage de Pékin aux Etats-Unis. La Chine envisage bien sûr des représailles du même ordre.

Le Liban s'enfonce dans une crise sans précédent dans l'attente d'un accord avec le FMI qui tarde à se concrétiser. Jean-Yves Le Drian passe deux jours à Beyrouth.

Le Parlement européen réuni à Bruxelles pour discuter du plan de relance post-Covid et du budget global de l'Union. Un débat qui nuance le satisfecit général des 27 dirigeants signataires de l'accord obtenu avant hier.

Le conseil de Paris prend le virage de l'urgence climatique lors de sa première grande réunion   post-électorale, via le plan local d'urbanisme qui devra lui aussi se mettre à l'heure de l'urgence climatique.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article