Xavier Dupont de Ligonnès : est-il mort ou vivant ?

Publié le par Planet par Laure-Hélène de Vriendt

Les hypothèses sont nombreuses pour expliquer la disparition de Xavier Dupont de Ligonnès depuis 2011. Le père de famille, soupçonné d'avoir tué sa femme et ses quatre enfants, a-t-il pris la fuite pour un pays étranger ? Est-il toujours en France ? A-t-il mis fin à ses jours ?

Xavier Dupont de Ligonnès : est-il mort ou vivant ?

Partout et nulle part à la fois. Xavier Dupont de Ligonnès est introuvable depuis neuf ans et les pistes évoquées pour retrouver sa trace ont toutes été un échec cuisant. Les enquêteurs de la PJ de Nantes sont à sa recherche depuis avril 2011 après la découverte des corps de sa femme et de ses quatre enfants sous la terrasse de leur maison du centre-ville. Le principal suspect de la tuerie de Nantes se cache-t-il quelque part en France ? A-t-il pris la fuite pour l’étranger, peut-être aux Etats-Unis ? Est-il même toujours en vie ? A ce sujet, les hypothèses sont nombreuses : si certains le pensent toujours vivant, d’autres estiment qu’il aurait aussi bien pu se suicider peu de temps après sa fuite. Il aurait aussi très bien pu être aidé à disparaître.

Xavier Dupont de Ligonnès : ses meilleurs amis, victimes collatérales ?

Si sa relation avec son épouse Agnès n'était vraiment pas au beau fixe les années qui ont précédé le drame, Xavier Dupont de Ligonnès pouvait toujours compter sur ses deux meilleurs amis, Emmanuel Teneur et Michel Rétif. Le premier, qu'il connaissait depuis l'adolescence, était prêt à tout pour lui venir en aide et lui a même prêté de l'argent à plusieurs reprises. Le second, son "frère de sang", a voyagé avec lui aux Etats-Unis durant de longs mois et a toujours été présent, au point que leur relation a pris une autre tournure au milieu des années 2000... 

Les deux hommes ont été soupçonnés de complicité par les enquêteurs, même si rien n'a été prouvé toutes ces années. Les mensonges d'Emmanuel Teneur durant son audition, son amour pour Xavier Dupont de Ligonnès, un déplacement professionnel de Michel Rétif dans le Var... Tous ces éléments auraient pu lier les deux hommes à la fuite de leur meilleur ami. Si rien n'a été prouvé, les soupçons auraient été particulièrement difficiles à vivre pour Emmanuel Teneur et Michel Rétif.

Le premier a sombré dans l'alcool peu de temps après la disparition de Xavier Dupont de Ligonnès et est mort d'une embolie pulmonaire en 2019. Le second a perdu son emploi, sa femme, la relation qu'il avait avec ses enfants et a lui aussi connu une descente aux enfers, avant de mettre fin à ses jours en 2019. Peu de temps auparavant, il avait refusé de soigner le cancer qu'on venait de lui diagnostiquer. Les deux hommes en savaient-ils trop, plus qu'ils ne l'ont dit à la police ? Ont-ils préféré taire leurs secrets à jamais ?

Xavier Dupont de Ligonnès : a-t-il pu se suicider ?

Dans le deuxième volet de sa longue enquête sur l’affaire, le magazine Society retrace le parcours de Xavier Dupont de Ligonnès et donne la parole à différents protagonistes. Après cinq mois à fouiller dans le passé du quinquagénaire, les journalistes qui ont travaillé sur le sujet ne croient pas à la thèse du suicide. Interrogé par La Nouvelle République, le journaliste Pierre Boisson, est formel : "Par rapport à tout ce qu’on révèle dans la seconde partie [de l’enquête, NDLR], toutes les démarches qui ont été faites pour effacer ses traces… Ce ne sont pas, selon moi, celles d’un homme qui a décidé de se suicider".

Peu d’indices laissent pourtant croire le contraire. Les deux dernières pistes sérieusement envisagées par les enquêteurs n’ont rien donné. La fouille d’un monastère de Roquebrune-sur-Agens en 2018 s’est avérée fortuite, tout comme l’arrestation de Guy Joao à Glasgow en octobre 2019. Une seule chose pourrait étayer la conviction des journalistes de Society, une mystérieuse lettre reçue il y a quelques années par l’Agence France-Presse…

Xavier Dupont de Ligonnès : cette mystérieuse lettre...

En 2015, quatre ans après la tuerie de Nantes, Xavier Dupont de Ligonnès est toujours introuvable. Cette année-là, à la fin du mois d’avril, la découverte d’ossements dans une forêt près de Fréjus (Var) relance l’affaire. Trouvés non loin du dernier endroit où a été aperçu le père de famille pour la dernière fois, ils promettaient la résolution de l’enquête… Mais les espoirs des enquêteurs sont rapidement douchés par les expertises menées sur les restes humains, les vêtements et les lunettes laissés sur place.

Deux mois plus tard, un mystérieux courrier arrive à l’Agence France-Presse, à Paris. Signée XAVIER Dupont de Ligonnès, la lettre contient deux phrases très simples. La première, "Je suis toujours vivant", écrite en lettres majuscules puis, en minuscules, "de là jusqu’à cette heure". S’agit-il réellement d’un mot signé de la main de Xavier Dupont de Ligonnès ou d’un petit malin qui a voulu faire une farce ? La provenance de la missive n’a jamais pu être clairement démontrée… S’il ne s’est pas suicidé, où se trouve-t-il à présent ?

Xavier Dupont de Ligonnès : pouvait-il s'offrir une cavale ?

S’il ne s’est pas suicidé après les meurtres de sa famille, Xavier Dupont de Ligonnès se cache quelque part. Se trouve-t-il encore en France ? A-t-il quitté le pays par la mer, comme l’évoque l’enquête de Society ? Pour les enquêteurs, le quinquagénaire a forcément bénéficier de soutiens dans sa fuite, car il n’aurait pas pu quitter le pays aussi facilement sans argent et on sait qu’il n’en avait pas. Le documentaire diffusé par Netflix au mois de juin a permis d’évoquer la possibilité d’une troisième piste, sa présence aux Etats-Unis. Selon un témoignage recueilli par le réalisateur du documentaire, un homme parlant français et ressemblant à Xavier Dupont de Ligonnès aurait été aperçu à Chicago (Illinois). S’agit-il d’une piste sérieuse ? Il aimait en tout cas beaucoup les Etats-Unis et y avait séjourné plusieurs mois lorsqu'il était dans sa vingtaine. Les enquêteurs français pourraient aller investiguer de l’autre côté de l’Atlantique…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article