L’ancien champion du monde Jean-Baptiste Mendy s’est éteint

Publié le par Sport24 par Cédric Callier

L’ancien champion du monde des légers de 1996 à 1999 s’est éteint des suites d’un cancer du pancréas ce lundi 31 août.

 L’ancien champion du monde Jean-Baptiste Mendy s’est éteint

«La boxe, c’est la recherche du beau geste, une recherche avec la tête et les jambes. C’est un partage, un amour, c’est se donner entièrement à ce que l’on fait. Sans abnégation, sans envie, il n’y a pas de boxeur. La boxe, c’est un sport tellement noble qui ne doit pas se réduire à deux mecs qui se donnent des coups de poing. Surtout pas.» Lors d’un entretien accordé à l’Humanité en 2006, c’est ainsi que Jean-Baptiste Mendy définissait le sport dans lequel il a excellé durant tant d’années. Ce lundi 31 août, à l’âge de 57 ans, le boxeur français s’est éteint des suites d’un cancer du pancréas dans un hôpital parisien.

Né à Dakar et arrivé dès l’âge d’un an en banlieue parisienne, Mendy rêvait d’une carrière autre que celle de boxeur. «Mon rêve a toujours été de faire des études de psychologie, mais comment étudier lorsqu'on n'a pas d'argent ?» confiait-il en 1994, alors qu’il s’apprêtait à s’attaquer au titre mondial des légers pour la première fois de sa carrière face au Mexicain Miguel-Angel Gonzalez (qui allait s’imposer). «Alors, à un moment clé de ma vie, j'ai essayé de devenir quelqu'un sur le ring et de faire une carrière assez propre.» Propre, sa carrière le fut indubitablement, lui dont le punch et l’élégance sur et en dehors du ring furent de véritables marques de fabrique saluées par tous.

Champion du monde des poids légers de 1996 à 1999, d’abord avec une ceinture WBC arrachée à l’Américain Lamar Murphy puis avec celle de la WBA obtenue au prix de son plus beau succès contre le Kirghize Orzubek Nazarov – alors invaincu –, Mendy a remporté 55 de ses 67 combats professionnels, s’inclinant à 8 reprises pour 3 résultats nuls. Son dernier combat, il le livra le 8 avril 2000 à Paris, avec une victoire aux points face à Pedro Garcia. Avant de s’éloigner de la boxe pendant quelques années. Pour mieux y revenir s’occuper des jeunes et transmettre cet état d’esprit remarquable qui l’anima durant toute sa carrière. Surtout qu’ne parallèle de celle-ci, il a travaillé en tant que magasinier dans un supermarché d’Arcueil. «Vous savez, quand je me lève tôt le matin pour aller bosser dans mon supermarché, je ne pense pas forcément à la boxe, lâchait-il. Je veux avoir un ancrage, c'est tout. Car je reviens de loin, d'aussi loin qu'on le peut...»       

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article