Le comédien Michael Lonsdale est mort

Publié le par France Inter

Comédien populaire et exigeant, Michael Lonsdale est décédé lundi. Vu dans "Le nom de la rose" ou "Des hommes et des dieux", il avait 89 ans. 

Michael Lonsdale, photographié ici en 2017 à Bordeaux. © AFP / Hans Lucas / Constant Forme-Becherat

Michael Lonsdale, photographié ici en 2017 à Bordeaux. © AFP / Hans Lucas / Constant Forme-Becherat

Il était un homme de théâtre et de cinéma. Le comédien Michaël Lonsdale est mort lundi, a appris France Inter auprès de son entourage, à l'âge de 89 ans. Né le 24 mai 1931, l'acteur avait tourné, au cinéma, pour Jean-Pierre Mocky ou bien Steven Spielberg. Au total, sa filmographie était impressionnante : on le retrouve à l'affiche du Nom de la Rose de Jean-Jacques Annaud, des Vestiges du jour de James Ivory. Il avait tourné dans un James Bond, Moonraker face à Roger Moore et plus récemment dans Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois. Il avait obtenu, en 2010, le César du meilleur second rôle masculin pour le rôle de Luc, le moine médecin de Tibhirine. 

Des débuts au théâtre

Il a commencé au théâtre dans les années 50, avec la troupe de Laurent Terzieff, et joue des textes contemporains de Jean Anouilh ou Paul Claudel. Il jouera par la suite des œuvres de Marguerite Duras ou Peter Handke, sous la direction de Claude Régy, mais aussi Brecht ou Sarraute. 

Son auteur fétiche, celui qui l'a le plus occupé, reste Samuel Beckett. En 1966, il joue dans Comédie, avec Delphine Seyrig. Plus tard Lonsdale mettra lui-même en scène des œuvres de l'auteur irlandais.

De 1955 à 2017 il s'est produit sur les planches, notamment en 2008 au Festival d'Avignon, pour La Divine comédie de Dante, mise en scène par Valérie Dréville. 

Tabard, Drax ou frère Luc

Toujours entre théâtre et cinéma, Michael Lonsdale fait le pont entre les deux, avec le film India Song de Marguerite Duras en 1975, qui s'était jouée au théâtre deux ans auparavant. Le film a la particularité d'être en voix off, les comédiens racontent l'histoire de leur personnage. Les images elles, se déroulent selon un autre fil. Lonsdale y incarne le vice-consul de Lahore, qui cria son amour à une femme lors d'une réception. 

Même s'il fut un très grand homme de théâtre, un comédien extraordinaire, le grand public le connaît mieux pour sa longue carrière cinématographique, faite de seconds rôles variés, drôles ou dramatiques. Dans son premier film important, Snobs ! de Jean-Pierre Mocky (film interdit par la censure en 1971), il adopte cette attitude flegmatique qui l'accompagnera toujours, dans des registres tragiques ou comiques.  

Michaël Lonsdale a remporté ses premiers succès publics en tournant dans La mariée était en noir, et Baisers volés, de François Truffaut. Dans Baisers volés il incarne Georges Tabard, le patron du magasin de chaussures chez qui Antoine Doinel, le personnage principal, doit enquêter. Malheureusement Doinel tombe amoureux de Madame Tabard, incarnée par Delphine Seyrig. 

Dans Mooraker, il est l'adversaire de James Bond, le terrible Drax, concepteur d'un vaisseau spatial, mais dans Hibernatus, aux cotés de Louis de Funès, il est le médecin spécialiste de l'hibernation. 

C'est en 2010 qu'il remporte un premier César, le seul de sa carrière, pour son rôle du frère Luc dans le film Des hommes et des dieux, de Xavier Beauvois. Le film raconte l'histoire des moines de Tibhirine, en Algérie, durant les années noires marquées par le terrorisme, et les jours qui ont précédé leur assassinat. Il est récompensé du César du meilleur second rôle masculin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article