Ledoyen Virginie

Publié le par Mémoires de Guerre

Virginie Ledoyen, nom de scène de Virginie Fernández née le 15 novembre 1976 à Paris, est une actrice française. 

Ledoyen Virginie
Ledoyen Virginie
Ledoyen Virginie
Ledoyen Virginie

Carrière

Enfance et famille

Née à Paris d'une famille d'origine espagnole — son père s'appelle Fernández —, Virginie Ledoyen passe son enfance à Aubervilliers. Son père et sa mère tiennent un stand sur les marchés ; elle les accompagne parfois dans leur métier de démonstrateurs et admire leur technique de vente à la manière de la commedia dell'arte. Dès ses premiers films et à la demande de son père, elle prend comme pseudonyme le nom de jeune fille de sa grand-mère paternelle, comme hommage au fait que celle-ci était actrice amateur. Alors qu'elle a dix ans, ses parents divorcent. 

Débuts précoces de comédienne et publicité (années 1980)

En 1979, à l'âge de trois ans, sa mère lui fait tourner des publicités, entre autres Bledina, Buitoni ou Air Inter. En 1986, elle apparaît dans le clip l'Aziza de Daniel Balavoine, et la même année elle intègre l'école des enfants du spectacle (Rognoni) à Paris. En 1987, elle tourne son premier film au cinéma, à l'âge de 10 ans, avec le film franco-italien Les Exploits d'un jeune Don Juan de Gianfranco Mingozzi. En 1988, elle joue dans le clip de François Feldman Je te retrouverai. Puis elle enchaîne une carrière d'actrice de cinéma. 

Révélation critique (années 1990)

En 1991, à l'âge de 14 ans, elle est choisie par Philomène Esposito pour jouer le rôle principal du film Mima, qui lui vaut les éloges des critiques pour son talent et son charisme d'actrice. Quelques mois plus tard, elle joue avec Marcello Mastroianni et Michel Piccoli dans Le Voleur d'enfants de Christian de Chalonge. En 1993, elle est nommée pour le César du cinéma du meilleur jeune espoir féminin pour sa prestation dans Les Marmottes d'Élie Chouraqui. Sa rencontre avec Olivier Assayas, avec qui elle tourne deux films, est déterminante pour sa carrière. L'Eau froide la confirme dans sa vocation d'actrice.

En 1999, elle devient ambassadrice et égérie de la marque de cosmétiques L'Oréal. En 2000, elle tente l'aventure hollywoodienne, en tenant le premier rôle féminin du thriller d'aventures La Plage, premier essai américain du britannique Danny Boyle, dont le tournage dans les îles Phi Phi, en Thaïlande, se fait aux côtés de Leonardo DiCaprio et de Guillaume Canet. Du côté français, elle fait partie du casting d'une adaptation télévisée des Misérables de Josée Dayan, où elle incarne Cosette, aux côtés de Gérard Depardieu. Cette exposition médiatique la confirme en valeur montante d'un cinéma plus grand public. 

Diversification (années 2000)

En 2002, elle fait ainsi partie de la distribution quatre étoiles de Huit Femmes de François Ozon, dans lequel elle chante Toi mon amour, mon ami, de Marie Laforêt. Le succès critique et commercial du film la relance, après la semi-déception de La Plage. Elle confirme en 2003 en faisant partie des distributions du film historique Bon voyage, d'un cinéaste rare, Jean-Paul Rappeneau, mais aussi avec un petit rôle dans la comédie potache amenée à devenir culte Mais qui a tué Pamela Rose ?, d'Éric Lartigau. En 2004, elle est membre du jury international du Festival international du film de Tokyo. Mais surtout, elle tente de s'imposer comme tête d'affiche en étant l'héroïne du film d'épouvante français, Saint Ange, réalisé par Pascal Laugier. Mais le film passe inaperçu. 

Elle poursuit donc dans des distributions chorales et se replie sur des comédies populaires, et ce sous la direction de scénaristes-réalisateurs experts du genre : le vétéran Francis Veber en 2006, pour La Doublure, portée par Gad Elmaleh et Alice Taglioni ; en 2008, L'Emmerdeur, avec Patrick Timsit dans le rôle-titre, et Mes amis, mes amours, de Lorraine Lévy. Mais elle collabore aussi avec le réalisateur de comédie d'auteur Emmanuel Mouret, pour Un baiser, s'il vous plaît !, en 2007. Si elle parvient à décrocher un premier rôle, ce sera sur les planches : en 2007, elle joue avec Arié Elmaleh dans la pièce de théâtre de Fabrice Roger-Lacan Irrésistible, mise en scène par Isabelle Nanty. En 2009, elle revient au cinéma et au drame, en compagnie de Simon Abkarian et de Jean-Pierre Darroussin, dans la fresque historique L'Armée du crime de Robert Guédiguian, film sur la résistance du groupe Manouchian contre l'occupant allemand et le gouvernement de Vichy. Le film passe inaperçu. En 2010, elle devient égérie de la marque IKKS aux côtés de Vincent Pérez et elle tient un rôle secondaire dans la comédie Tout ce qui brille, le succès public et critique de Géraldine Nakache et Hervé Mimran. 

Retour au drame et télévision (années 2010)

Pour décrocher son premier rôle de femme d'action, elle se tourne vers la télévision : en 2011, elle est au casting de la série XIII : La Série, coproduction internationale diffusée en France par la chaîne Canal+, où elle incarne une tueuse à gages russe impitoyable. La série est cependant mal reçue par la critique, et remaniée en profondeur pour sa seconde saison, et l'actrice n'est pas reconduite. C'est l'année suivante qu'elle parvient enfin à renouer avec un projet acclamé mondialement, en incarnant la duchesse de Polignac, l'une des trois protagonistes de la fresque historique Les Adieux à la reine, qui marque également ses retrouvailles avec Benoît Jacquot. Ce sont cependant les performances de Diane Kruger et Léa Seydoux qui retiennent surtout l'attention. La même année, elle prête sa voix au personnage de Chloé Lynch dans le jeu Call of Duty: Black Ops 2, et participe à À votre bon cœur, mesdames, nouveau long-métrage à petit budget de Jean-Pierre Mocky.

L'actrice retrouve Emmanuel Mouret pour son premier essai dans un registre dramatique, Une autre vie, sorti en 2013. En 2013, elle est membre du jury des longs-métrages lors du 70e Festival de Venise. En 2014, elle participe à deux projets plus modestes : la comédie dramatique Ablations, d'Arnold de Parscau, et la comédie dramatique indépendante Le Monde de Fred, de Valérie Müller. Les deux films passent inaperçus. L'année suivante, elle tient l'unique rôle principal féminin de la distribution du film d'action franco-canadien Enragés, d'Éric Hannezo. Le long-métrage est un flop. En 2017, elle décide donc de revenir à la télévision : elle joue le rôle principal de Mélancolie ouvrière, un téléfilm de Gérard Mordillat, avec Philippe Torreton et François Cluzet. Elle joue le rôle de Lucie Baud, une des premières femmes syndicalistes françaises, ouvrière dans les tissages de soie. Le tournage a lieu à Saint-Julien-Molin-Molette où le passé ouvrier a laissé des ateliers de tissage tels qu'elle les a connus.

Par ailleurs, elle tente, sur le modèle de l'actrice Alexandra Lamy, de relancer sa carrière en étant l'héroïne d'une mini-série de TF1 adaptant un roman de Harlan Coben : Juste un regard est réalisé par Ludovic Colbeau-Justin et connaît des bonnes audiences. Lors du festival de Cannes 2018 elle fait partie du jury Un certain regard présidé par Benicio del Toro. La même année, elle figure dans deux longs métrages : elle revient à la comédie pour MILF, première réalisation de l'actrice humoriste Axelle Laffont ; un flop critique et commercial. Puis la grosse production familiale Rémi sans famille, portée par Daniel Auteuil, et réalisée par Antoine Blossier. Lors du festival de Cannes 2019 elle préside le jury de la Queer Palm. 

Engagements politiques

À l'occasion de la primaire présidentielle socialiste de 2011, elle déclare à la presse son intention de voter pour Martine Aubry pour le premier tour de scrutin. 

Vie privée

En 2001, le 29 septembre, elle met au monde une fille prénommée Lila, qu'elle a eue avec Louis Soubrier, rencontré en 1995 sur le tournage de La Fille seule. Elle est divorcée de Iain Rogers, avec qui elle fut mariée de 2006 à septembre 2007. Elle a été aussi la compagne du chanteur Benjamin Biolay ainsi que du cinéaste Pascal Laugier. De 2007 au printemps 2015, elle est en couple avec l'acteur Arié Elmaleh. Leur fils, Isaac, naît en juillet 2010. Leur fille, Amalia, naît le 23 avril 2014. 

Distinctions

Récompenses

  • Prix Suzanne-Bianchetti 1998 pour La Plage
  • Berlinale 2002 : Ours d'argent de la meilleure actrice pour Huit Femmes (attribué collectivement)
  • Prix du cinéma européen 2002 : Prix du cinéma européen de la meilleure actrice pour Huit Femmes (attribué collectivement)

Nominations

  • César 1994 : César du meilleur espoir féminin pour Les Marmottes
  • César 1995 : César du meilleur espoir féminin pour L'Eau froide
  • César 1996 : César du meilleur espoir féminin pour La Fille seule

Décoration

2007 : officier dans l'ordre des Arts et des Lettres

Ledoyen Virginie

Filmographie

  • 1987 : Les Exploits d'un jeune Don Juan (L'iniziazione) de Gianfranco Mingozzi
  • 1991 : Mima, de Philomène Esposito
  • 1991 : Le Voleur d'enfants, de Christian de Chalonge
  • 1991 : Mouche, de Marcel Carné (inachevé)
  • 1993 : Les Marmottes, d'Élie Chouraqui
  • 1994 : La Folie douce, de Frédéric Jardin
  • 1994 : L'Eau froide d'Olivier Assayas
  • 1995 : La Cérémonie de Claude Chabrol
  • 1995 : La Fille seule, de Benoît Jacquot
  • 1996 : Sur la route, d'Antoine Santana
  • 1996 : Mahjong, d'Edward Yang
  • 1997 : La Vie de Marianne, de Benoît Jacquot
  • 1997 : Héroïnes, de Gérard Krawczyk
  • 1997 : Ma 6-T va crack-er, de Jean-François Richet
  • 1998 : En plein cœur, de Pierre Jolivet
  • 1998 : Fin août, début septembre, d'Olivier Assayas
  • 1998 : Jeanne et le Garçon formidable, d'Olivier Ducastel et Jacques Martineau
  • 1998 : La fille d'un soldat ne pleure jamais (A Soldier's Daughter Never Cries) de James Ivory
  • 2000 : La Plage (The Beach), de Danny Boyle
  • 2001 : De l'amour, de Jean-François Richet
  • 2002 : Huit Femmes de François Ozon
  • 2003 : Mais qui a tué Pamela Rose ? d'Éric Lartigau
  • 2003 : Bon voyage, de Jean-Paul Rappeneau
  • 2004 : Saint Ange, de Pascal Laugier
  • 2004 : Gang de requins, d'Éric Bergeron (voix de Lola)
  • 2005 : Holly, de Guy Moshe
  • 2006 : La Doublure, de Francis Veber
  • 2006 : The Backwoods, de Koldo Serra
  • 2007 : Un baiser, s'il vous plaît !, d'Emmanuel Mouret
  • 2008 : Mes amis, mes amours, de Lorraine Lévy
  • 2008 : L'Emmerdeur, de Francis Veber
  • 2009 : L'Armée du crime, de Robert Guédiguian
  • 2010 : Tout ce qui brille, de Géraldine Nakache et Hervé Mimran
  • 2011 : The Shape of Art to Come, de Julien Levy
  • 2012 : Les Adieux à la reine, de Benoît Jacquot
  • 2012 : À votre bon cœur, mesdames, de Jean-Pierre Mocky
  • 2013 : Une autre vie, d'Emmanuel Mouret
  • 2014 : Ablations, d'Arnold de Parscau
  • 2014 : Le Monde de Fred, de Valérie Müller
  • 2015 : Enragés, d'Éric Hannezo
  • 2017 : Drôles d'oiseaux d'Élise Girard
  • 2018 : MILF d'Axelle Laffont
  • 2018 : Rémi sans famille d'Antoine Blossier
  • 2019 : Notre dame de Valérie Donzelli

Télévision

  • 1988 : La Vie en panne, d'Agnès Delarive
  • 1994 : La Règle de l'homme, de Jean-Daniel Verhaeghe
  • 1995 : La Vie de Marianne, de Benoît Jacquot
  • 1995 : Les Sensuels, de Michel Marx
  • 2000 : Les Misérables de Josée Dayan
  • 2001 : La Cape et l'Épée (1 épisode)
  • 2006 : La Forteresse assiégée, de Gérard Mordillat
  • 2009 : L'une chante, l'autre aussi, documentaire d'Olivier Nicklaus : elle-même
  • 2009 : Myster Mocky présente, de Jean-Pierre Mocky (1 épisode)
  • 2011 : XIII : La Série (13 épisodes)
  • 2013 : Scènes de ménages (1 épisode)
  • 2017 : Mélancolie ouvrière de Gérard Mordillat : Lucie Baud
  • 2017 : Juste un regard de Ludovic Colbeau-Justin : Eva Beaufils
  • 2019 : Myster Mocky présente, épisode Un vrai massacre de Jean-Pierre Mocky
  • 2020 : Capitaine Marleau, épisode L'arbre aux esclaves de Josée Dayan

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article