Alerte : en forêt d'Andaine, 12 obus de la Seconde Guerre mondiale découverts par les cueilleurs de champignons

Publié le par actu avec Le Publicateur Libre par Guillaume Jeanne

Mardi 20 octobre 2020, face à la recrudescence de la découverte d'obus par les cueilleurs de champignons entre La Ferté-Macé et Bagnoles, les gendarmes alertent la population.

Une photographie d’un des obus retrouvé le week-end dernier. (©Gendarmerie Nationale, compagnie de Domfront en poiraie.)

Une photographie d’un des obus retrouvé le week-end dernier. (©Gendarmerie Nationale, compagnie de Domfront en poiraie.)

Les cueilleurs de champignons sont actuellement nombreux à arpenter les forêts, pour rechercher cèpes, bolets, girolles, ou encore trompettes de la mort. 

Le problème, c’est que parfois, notamment en Forêt d’Andaine, près de La Ferté-Macé, Bagnoles-de-l’Orne Normandie, ou Domfront en Poiraie, cette recherche peut générer la découverte de vestiges explosifs de roquettes ou d’obus de la Seconde guerre mondiale. Même s’ils sont très anciens, le risque subsiste, et il convient d’être très vigilant en pareil cas.

Ne rien toucher

Ainsi, le week-end dernier, 12 de ces engins explosifs ont été découverts. « Nous avons assisté à une hausse très importante du nombre de cas »,  indique le capitaine Barbot, de la compagnie de gendarmerie de Domfront en poiraie.

En conséquence, la gendarmerie tire la sonnette d’alarme, mardi 20 octobre 2020. « En cas de découverte, ne touchez à rien, localisez l’endroit, éventuellement avec votre smartphone, puis, appelez la gendarmerie (Numéro 17) ».

Un périmètre de sécurité sera dressé, et une procédure s’enclenchera. « Nous préviendrons la préfecture, le service déminage. Les services se chargeront de désactiver l’arme, en toute sécurité ».

    « Il ne faut jamais chercher à manipuler l'obus, ni l'emporter avec soi. Et encore moins l'apporter à la gendarmerie ! » Thierry Barbot Capitaine de gendarmerie à la compagnie de Domfront en Poiraie

Ce type d’événement n’est pas nouveau, mais, cette année, en un week-end, il y en a eu vraiment beaucoup. 

Une photographie d’un des obus retrouvé le week-end dernier. (©Gendarmerie Nationale, compagnie de Domfront en poiraie.)

Une photographie d’un des obus retrouvé le week-end dernier. (©Gendarmerie Nationale, compagnie de Domfront en poiraie.)

« Si les découvertes se font le plus souvent à l’automne, c’est surtout à cause du fait qu’à cette époque, beaucoup de personnes vont en forêt pour ramasser des champignons », en fouillant et grattant le sol, ce qui facilite la remise en surface de ces armes, vieilles de plus de 70 ans. 

La disparition totale de ces armes prendra encore des années. En effet, il est estimé qu’un total de 1 000 tonnes de bombes a été répandu sur toute la Normandie en 1944. Or, nombre d’entre elles sont encore présentes dans les sols.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article