Dix choses à savoir sur Amy Coney Barrett, la juge qui polarise les Etats-Unis

Publié le par Les Echos par Adrien Lelièvre

Après le décès de Ruth Bader Ginsburg, Donald Trump a choisi Amy Coney Barrett pour la remplacer à la Cour Suprême. Si sa nomination est validée, cette institution s'ancrera pour longtemps dans le camp conservateur.

Dix choses à savoir sur Amy Coney Barrett, la juge qui polarise les Etats-Unis

Elle sera l'une des femmes les plus puissantes d'Amérique. Amy Coney Barrett, la juge désignée par Donald Trump pour intégrer la Cour suprême des Etats-Unis , devrait recevoir le feu vert du Congrès ce lundi à quelques jours de l'élection présidentielle.

Sa nomination va ancrer encore un peu plus cette institution dans le camp conservateur. Voici 10 choses à savoir sur elle.

1 - L'aînée d'une grande famille

Amy Coney Barrett est née en 1972 à la Nouvelle-Orléans, dans l'Etat de Louisiane. Elle a grandi dans une famille de sept enfants, dont elle est l'aînée. Son père, Michael, était employé chez Shell et sa mère, Linda, enseignante puis mère au foyer.

2 - Une élève studieuse

Elève brillante, Amy Coney Barrett a étudié la littérature britannique au Rhodes Collège, puis le Droit à Notre Dame Law School, une université très sélective dont elle est sortie major en 1997 avec un doctorat en jurisprudence.

3 - Une carrière à l'ombre du juge Antonin Scalia

La carrière d'Amy Coney Barrett a été placée sous le signe du succès. Après avoir travaillé à la Cour Suprême aux côtés d'Antonin Scalia, un juriste conservateur à la renommée internationale, Amy Coney Barrett a enseigné pendant une quinzaine années à l'université Notre-Dame-Law-School, publiant plusieurs articles dans sa célèbre revue (Notre Dame Law Review).

4 - Une bonne connaisseuse des Etats du Midwest

Ses états de service lui ont valu d'être repérée par Donald Trump. En 2017, elle est ainsi devenue juge à la Cour d'appel fédérale de Chicago, où elle était en charge de plusieurs Etats du Midwest (Illinois, Indiana et Wisconsin). L'Indiana et le Wisconsin sont deux bastions du conservatisme.

5 - Une partisane de « l'originalisme »

Amy Coney Barrett est une défenseure de l'originalisme. Une mouvance qui stipule que la Constitution américaine doit être interprétée en accord avec la signification qu'elle avait à l'époque de son adoption en 1787 par les « pères fondateurs ».

6 - Une pro arme à feu

Cette appartenance à ce courant juridique pourrait expliquer sa fermeté sur certains sujets sensibles. Elle s'est ainsi prononcée à plusieurs reprises en faveur d'une lecture ample du deuxième amendement de la Constitution consacré au port d'arme, au nom du « droit naturel à l'autodéfense ».

7 - Un compagnonnage avec « People of Praise »

Catholique fervente, Amy Coney Barrett serait proche de People of Praise (Les gens de louange), une communauté charismatique fondée dans les années 70, dans laquelle elle aurait joué le rôle de « servante » (« handmaid »). Ce titre fait référence à Marie, qui serait la servante de Dieu selon la Bible, décrypte le « Washington Post » . Sa foi fait craindre des positions rigides sur l'avortement, la contraception ou les droits des homosexuels.

8 - Une francophile

La langue de Molière n'est pas étrangère à la probable prochaine juge de la Cour Suprême. Sa mère a enseigné le français, et Amy Coney Barrett a étudié cette langue au Rhode College pendant ses années dans le supérieur.

9 - Une mère de famille nombreuse

Sa brillante carrière n'a pas empêché Amy Coney Barrett de fonder une famille nombreuse. Elle a eu sept enfants, dont deux ont été adoptés, avec son époux Jesse M. Barrett, un juriste qu'elle a rencontré pendant ses études de Droit et épousé en 1999. Signe de l'importance de sa famille : elle s'est présentée à sa première audition au Sénat avec six de ses enfants.

10 - Une juge qui devrait avoir un impact durable

L'impact d'Amy Coney Barrett à la Cour Suprême devrait être durable. En effet, les juges de cette institution siègent à vie et Amy Coney Barrett n'est âgée que de 48 ans. Le camp conservateur disposerait de six juges sur neuf, ce qui pourrait freiner les réformes progressistes dans le pays pour les vingt ou trente prochaines années. Donald Trump est en tout cas optimiste. « Elle va être une juge fantastique », a-t-il prédit lors d'un meeting en Floride.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article