Trafic de drogue entre l'Espagne et la Corse : 9 hommes jugés par le tribunal correctionnel de Bastia

Publié le par France 3 Corse Viastella par Kael Serreri (A.A.)

Neuf hommes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Bastia depuis lundi. Ils sont soupçonnés d'avoir organisé un trafic de drogue entre l'Espagne et la Corse entre 2016 et 2018. Certains sont présentés comme des membres du grand banditisme.

Neuf hommes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Bastia depuis lundi. Ils sont soupçonnés d'avoir organisé un trafic de drogue entre l'Espagne et la Corse entre 2016 et 2018. • © Stéphane Lapera / France 3 Corse

Neuf hommes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Bastia depuis lundi. Ils sont soupçonnés d'avoir organisé un trafic de drogue entre l'Espagne et la Corse entre 2016 et 2018. • © Stéphane Lapera / France 3 Corse

Le trafic de drogue de nouveau dans le prétoire de Bastia. Depuis ce lundi, neuf personnes comparaissent devant le tribunal correctionnel pour association de malfaiteurs en vue de commettre un trafic de stupéfiants.

Principal mis en cause : Marc-Antoine Mattei. L'enquête a démontré que le suspect de 32 ans a effectué 15 voyages entre la Corse et l'Espagne entre 2016 et 2018.

Pour l'accusation, cela ne fait aucun doute : il allait s'approvisionner en cannabis. Problème : les enquêteurs n'ont pas pu en apporter la preuve formelle et Marc-Antoine Mattei, lui, nie en bloc les faits qui lui sont reprochés.

    L'objet de sa société, basée en Corse-du-Sud, était, notamment, le fait de pouvoir être grossiste en viande et de pouvoir importer de la viande. Maître Antoine Vinier-Orsetti, avocat de Yassine Arkhazzane.

Tout comme son coprévenu, Yassine Akhazzane. Les deux hommes l'affirment : s'ils se sont rendus en Espagne, c'est pour y monter un élevage de poulets. "L'objet de sa société, basée en Corse-du-Sud, était, notamment, le fait de pouvoir être grossiste en viande et de pouvoir importer de la viande. Tout le monde sait, et il s'en est rendu compte, qu'il y avait des affaires à faire puisque la viande est beaucoup moins chère en Espagne. Et au niveau des bénéfices, cela pouvait rapporter gros", explique maître Antoine Vinier-Orsetti, avocat de Yassine Arkhazzane. 

Une revente de cannabis et de cocaïne pilotée depuis le Niolu ? 

Pour l'accusation, le réseau comprenait un système de revente de cannabis et de cocaïne en Balagne, à Ajaccio et à Propriano, piloté depuis le Niolu. 

Dans la liste des prévenus figurent trois membres de la famille Mattei, originaire de Corscia, et bien connus des services de police. L'un d'entre eux, Jean-François Mattei ne s'est pas présenté à l'audience et fait l'objet d'un mandat d'arrêt depuis le mois de mars. 

Le procès doit se poursuivre jusqu'à vendredi. Il s'agit de la première grosse affaire de stupéfiants audiencée à Bastia depuis la rentrée.

Au mois de septembre, le nouveau procureur de Bastia, Arnaud Viornery, avait rappelé que la lutte contre le trafic de drogue restait une des priorités du ministère public. Et le moyen pour les parquets locaux de faire obstacle à l'emprise du crime organisé en Corse.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article