Un canon de la seconde guerre mondiale va être rapatrié de Gâvres à Plouharnel

Publié le par Le Télégrame

Un canon de 340 mm va être rapatrié de Gâvres jusqu’au Bégo, où il était installé lors de la seconde guerre mondiale. Il est mis à disposition par la Direction générale de l’armement, mais son transport et son installation exigent des financements.

Un canon de 340 mm Schneider modèle 1912 de type Bretagne va être rapatrié sur le site du Bégo, à Plouharnel par l’association LBMG (Liberty Breizh Mémory Group), en lien avec la commune. (Photo d’archives Le Télégramme)

Un canon de 340 mm Schneider modèle 1912 de type Bretagne va être rapatrié sur le site du Bégo, à Plouharnel par l’association LBMG (Liberty Breizh Mémory Group), en lien avec la commune. (Photo d’archives Le Télégramme)

Le conseil municipal s’est réuni mardi à l’espace culturel de Plouharnel. Une commission extra-municipale « Sentiers et cheminements doux » a été créée. Elle est composée du maire, de trois élus (deux de la majorité et un de la minorité), de deux membres des associations « Plouharnel fleuri » et de « Sauvegarde des chemins » et de personnes d’un groupe de travail technique désigné en fonction des dossiers.

Un canon mis à disposition

La mise à disposition du canon de 340 mm Schneider modèle 1912 de type Bretagne par la Direction générale de l’armement (DGA) à la commune avait été actée le 5 avril 2012. Il convenait de se repositionner car ce geste intervient dans le cadre des actions de conservation et de la mise en valeur du patrimoine. L’association LBMG (Liberty Breizh Mémory Group) se charge de ce dossier, en lien avec la commune, afin de trouver des financements pour le transport du canon de Gâvres jusqu’au Bégo, lieu où il était positionné durant la Seconde guerre par l’armée allemande.

Jean-Marie Mondot a expliqué : « Le coût est conséquent compte tenu des dimensions et surtout du poids de cette pièce historique. Mais l’association a trouvé un donateur et s’est démenée pour les dossiers de subvention. Il ne manque plus qu’à trouver un financement pour réaliser un socle pour accueillir le canon et éviter ainsi des manutentions par la suite qui seraient encore coûteuses ».

Une liaison souterraine de 63 000 volts

Les élus avaient également à se prononcer sur la convention de création de liaison souterraine de 63 000 volts entre Kerhellegant, à Plouharnel, et Pluvigner. Christophe Polfer, le coordinateur du projet au sein de RTE, est venu expliquer le déroulé de ce vaste projet qui s’inscrit dans le cadre de l’amélioration du service et de l’entretien des réseaux. Sur la commune se sont 2,3 km de fils électriques qui vont être ainsi enterrés. Des accords avec des conventions ont été passés avec la commune et les propriétaires pour la réalisation des travaux, chacun conservant la propriété et la jouissance de ses parcelles. Les travaux d’enfouissement devraient débuter en mars.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article