50 ans après le décès de De Gaulle : l'héritage manchois du Général

Publié le par France Bleu par Benoît Martin France Bleu Cotentin

Alors que les cérémonies prévues pour célébrer ce lundi 9 novembre le 50e anniversaire de la mort du Général de Gaulle sont compromises pour cause de confinement, retour sur les liens particuliers entre la Manche et l'homme du 18 juin. 

Le Général De Gaulle en 1944 sur le perron de l'Hôtel de Ville de Cherbourg lors de sa première visite dans la Manche. - Archives publiques américaines

Le Général De Gaulle en 1944 sur le perron de l'Hôtel de Ville de Cherbourg lors de sa première visite dans la Manche. - Archives publiques américaines

C'était il y a exactement 50 ans : le décès du Général De Gaulle à presque 80 ans, à Colombey-les-Deux-Eglises. Un demi-siècle plus tard, de nombreuses cérémonies auraient dû avoir lieu ce lundi un peu partout en France, en hommage à l'homme du 18 juin, et au premier président de la Ve République. Mais le confinement est passé par là. Dans la Manche, les parlementaires Les Républicains, Philippe Bas et Philippe Gosselin, déposeront malgré tout ce lundi matin une gerbe devant le monument départemental de la Résistance à Saint-Lô. 

La Manche sur le podium des départements gaullistes

La Manche fut l'un des départements les plus gaullistes et reçut à de nombreuses reprises la visite du Général. Le département est toujours resté fidèle à De Gaulle. Dans les années 50, on y trouve le plus fort taux d'appartenance à son parti, le RPF. En 1958, 93% des électeurs du département approuvent la constitution de la Ve République voulue par De Gaulle, quand la moyenne nationale est "seulement" à 80%. 

    Saint-Lô sera reconstruite, je vous en donne ma parole.

L'attachement entre la Manche et l'homme politique est réciproque. Pour preuve le nombre de séjours dans notre département. A commencer par les premiers, en tant que Président du gouvernement provisoire. Dès août 1944, il atterrit à Maupertus, prononce un discours sur le balcon de l'hôtel de ville de Cherbourg avant de se rendre à Coutances et Avranches. L'année suivante, en 1945, c'est "la tournée des ruines" qui le mène dans plusieurs villes manchoises dont Saint-Lô, où il l'affirme, "la ville sera reconstruite, je vous en donne ma parole".  

Le Redoutable et l'usine de la Hague, c'est lui

En tant que président de la République, on retiendra deux visites marquantes : une tournée dans pas moins de 6 villes manchoises en deux jours au mois de juillet 1960, et puis à l'occasion de la cérémonie de lancement du premier sous-marin nucléaire français le Redoutable, le 29 mars 1967 au sein de l'arsenal de Cherbourg.  

Le président De Gaulle laisse aussi un héritage dans la Manche: l'usine de retraitement nucléaire de la Hague qu'il déclare d'utilité publique en 1960. Les travaux débuteront deux ans plus tard. Et puis son nom est associé aujourd'hui à des rues, des places, des avenues, dans pas moins d'une trentaine de communes du département.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article