Cinq maladies dont souffrait Joseph Staline

Publié le par Russia Beyond par Gueorgui Manaïev

De quelles maladies souffrait le «petit père des peuples»? Et laquelle d'entre elles a finalement eu raison de lui?

Joseph Staline en 1930 Sputnik

Joseph Staline en 1930 Sputnik

« Son style de vie était extrêmement malsain, sédentaire. Il ne faisait jamais de sport ou de travail physique. Il fumait (la pipe), buvait (du vin, avec une préférence pour le Kakheti [vin géorgien]). Pendant la seconde moitié de son règne, il passait chaque soir à table, à manger et à boire en compagnie des membres de son Politburo. Comment, avec un tel style de vie, a-t-il vécu jusqu’à l’âge de 73 ans ? », s’est rappelé Boris Bajanov, secrétaire de Staline. En effet, au cours de sa vie, Staline a connu de nombreux problèmes de santé et maladies, aggravés par des horaires de travail rigoureux et un stress constant.

1. Myasthénie

Un groupe de dirigeants soviétiques au Kremlin. De gauche à droite : Gueorgui Malenkov, Lazare Kaganovitch, Joseph Staline, Mikhaïl Kalinine, Viatcheslav Molotov et Kliment Vorochilov. Getty Images

Un groupe de dirigeants soviétiques au Kremlin. De gauche à droite : Gueorgui Malenkov, Lazare Kaganovitch, Joseph Staline, Mikhaïl Kalinine, Viatcheslav Molotov et Kliment Vorochilov. Getty Images

Selon la version officielle, à l'âge de 6 ans, Staline a été heurté par une voiture à cheval, le blessant au bras et à la jambe gauches. « Atrophie des articulations de l'épaule et du coude du bras gauche, due à des ecchymoses à l'âge de six ans, avec suppuration subséquente de l'articulation du coude », indique son dossier clinique. Cependant, il existe des photos où l’on voit que Staline pouvait assez bien contrôler sa main gauche – il pouvait par exemple soulever sa fille.

En revanche, ce bras restait souvent immobile pendant qu'il marchait, à moitié plié, appuyé contre le corps. Il semblait également plus court que le droit.

Il existe une hypothèse selon laquelle la cause du « problème de bras gauche » de Staline était une myasthénie grave, une maladie neuromusculaire à long terme qui entraîne divers degrés de faiblesse musculaire squelettique. La myasthénie grave peut être à la fois congénitale et acquise, et se déclare généralement chez les personnes âgées de 20 à 40 ans.

2. Polyarthrite rhumatoïde

Getty Images

Getty Images

Pendant des années, Staline a souffert de douleurs aux jambes ; plus tard, on le voyait souvent boiter légèrement. Certains attribuent ce fait à ses orteils palmés - les 2e et 3e doigts du pied gauche du dictateur étaient fusionnés. Bien que ce ne soit pas une maladie, mais une malformation, la syndactylie n’était pas la cause de sa claudication.

C’était une polyarthrite rhumatoïde - Staline souffrait d'une inflammation (et probablement même d'une déformation) des articulations de ses deux jambes. Il devait porter des bottes militaires spécialement conçues en cuir très doux, les soi-disant « bottes trouées » - apparemment, ces bottes étaient si confortables que Staline les enlevait rarement, jusqu’à faire des trous dans leurs semelles. Lorsqu'il était immobile, les douleurs rhumatoïdes s'aggravaient, et lors des longues réunions, il ne pouvait pas s'asseoir au même endroit et déambulait dans le bureau.

De 1925 à 1926 (47-48 ans), Staline s’est rendu dans des centres de cure pour prendre des bains chauds de sulfure d'hydrogène provenant de sources naturelles pour ses jambes. Mais la polyarthrite rhumatoïde est une maladie complexe qui peut affecter d'autres parties du corps - elle peut provoquer une inflammation des poumons et une diminution du nombre de globules rouges, entre autres conséquences.

« À Naltchik, j'étais proche de la pneumonie. J'ai une respiration sifflante dans les deux poumons et je tousse sans arrêt », a écrit Staline à sa femme lors de son voyage de 1929. En 1935, les médecins ont interdit à Staline de nager dans la mer – toujours à cause de sa polyarthrite rhumatoïde.

3. Variole

Staline en 1932 Getty Images

Staline en 1932 Getty Images

Staline a probablement contracté la variole à l'âge de 5 ans à Gori, en Géorgie. La maladie a rendu son visage légèrement grêlé - un handicap physique jugé repoussant par Staline. Au cours des activités criminelles de Staline dans sa jeunesse, les portraits-robots de la police le concernant contenaient toujours des informations sur les marques laissées par la variole en tant que caractéristique importante du suspect. Plus tard, sur les photos de Staline qui paraîtraient dans les journaux soviétiques, les taches sur son visage seraient supprimées par des retoucheurs.

4. Appendicite

Staline avec ses amis et sa femme Nadejda Allilouïeva Sputnik

Staline avec ses amis et sa femme Nadejda Allilouïeva Sputnik

En 1921, Staline a subi une inflammation de l'appendice. À ce moment-là, c’était déjà un haut fonctionnaire de la jeune URSS, et il a donc consulté l'un des chirurgiens les plus expérimentés de Russie, Vladimir Rozanov. C'est le même chirurgien qui a extrait une balle du corps de Vladimir Lénine en 1922, quatre ans après un attentat contre le « père de l’URSS » en 1918. Ainsi, au sein des cercles dirigeants, Rozanov jouissait déjà d’une grande confiance.

« L'opération a été très difficile, s’est souvenu Vladimir Rozanov. En plus de retirer l'appendice, j'ai dû faire une large résection intestinale et il était difficile de garantir le résultat. » La majeure partie de l'opération a été réalisée sous anesthésie locale, mais à mesure que le processus devenait plus compliqué, Rozanov a dû mettre Staline sous anesthésie au chloroforme - une forme très dangereuse d'anesthésie générale qui aurait potentiellement pu causer un arrêt cardiaque. Mais Staline a survécu.

5. Athérosclérose des vaisseaux cérébraux

Legion Media

Legion Media

Staline a toujours beaucoup travaillé, surtout pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a participé à des réunions interminables avec ses fonctionnaires et des commandants – de 5 à 7 par jour, qui duraient jusqu'à 10 à 12 heures au total. Les réunions se tenaient à toute heure du jour ou de la nuit, généralement au Kremlin ou dans la datcha de Staline à Kountsevo (près de Moscou). Les chefs de l'état-major rencontraient Staline presque quotidiennement, et parfois plusieurs fois par jour.

Vladimir Vinogradov, médecin traitant de Staline dans les années 1940, a estimé que l’insomnie et l’hypertension artérielle étaient les problèmes les plus aigus du dirigeant. De retour de la conférence de Potsdam (du 17 juillet au 2 août 1945), où les négociations d’après-guerre avaient eu lieu, l’état de Staline s’est détérioré. Il s'est plaint de maux de tête, d'étourdissements et de nausées. Il a connu un épisode de douleur intense dans la région du cœur avec la sensation que la poitrine était « serrée avec une bande de fer », ce qui était très probablement dû à une crise cardiaque à petite échelle. Mais Staline refusait l’idée de se mettre au repos.

Entre le 10 et le 15 octobre 1945, Staline a été victime d'un accident vasculaire cérébral. Cependant, l'AVC n'a pas conduit à une hémorragie cérébrale et n’a provoqué qu'un blocage d'un petit vaisseau cérébral. Pendant deux mois après cela, il a refusé de parler à qui que ce soit de son entourage, pas même par téléphone, tout en passant du temps à sa datcha.

À partir de 1946, Staline a allégé son emploi du temps. Ses réunions ne duraient que 2-3 heures, pas plus, et il restait la plupart du temps dans sa datcha de Kountsevo, pas au Kremlin. « L'été, il passait toute la journée à déambuler dans son jardin - les domestiques lui apportaient ses documents de travail, ses journaux et son thé dans le jardin. Au cours de ces années, il voulait être en meilleure santé, et vivre plus longtemps », s’est souvenue un jour la fille de Staline, Svetlana Allilouïeva.

Hypertension, étourdissements, problèmes respiratoires - tous ces maux sont des symptômes de l'athérosclérose, quand l'intérieur d'une artère se rétrécit en raison de l'accumulation de plaque d’athérome. Le thérapeute Alexandre Miasnikov, médecin traitant de Staline dans les dernières années de sa vie, qui était présent lors de l’autopsie de Staline, a rapporté « une sclérose sévère des artères cérébrales ». Cette maladie a rendu les dernières années de Staline insupportables.

Staline en 1952 Getty Images

Staline en 1952 Getty Images

En octobre 1949, un deuxième accident vasculaire cérébral survient, suivi d'une perte partielle de la parole. Staline a commencé à prendre de longues périodes de congé - d'août à décembre 1950, puis d'août 1951 à février 1952. Il a commencé à développer des problèmes cognitifs et de mémoire. Nikita Khrouchtchev a rappelé que parfois, Staline oubliait le nom d'une personne avec laquelle il était en contact depuis des décennies. « Je me souviens qu'une fois, il s'est tourné vers Boulganine (Vladimir Boulganine, membre du Politburo) et n’arrivait pas à se souvenir de son nom de famille. Il l’a regardé longuement et a dit : "Quel est ton nom de famille?" - "Boulganine !", a répondu prestement Vladimir. De telles situations se répétaient régulièrement et mettaient Staline hors de lui », a écrit Nikita Khrouchtchev.

Bien qu’à la fin de sa vie, Staline ait complètement cessé de travailler, son état ne s’est pas amélioré pour autant. À la fin 1952, il subissait fréquemment des trous de mémoire et ne pouvait plus monter les escaliers sans aide. Pavel Soudoplatov, un général du renseignement soviétique, se souvient de sa dernière rencontre avec Staline à sa datcha en février 1953 : « J'ai vu un vieil homme fatigué. Ses cheveux s'étaient considérablement éclaircis et, bien qu'il parlât toujours lentement, il prononçait maintenant les mots avec effort et les intervalles entre les mots se faisaient plus longs. Apparemment, les rumeurs sur ses deux attaques étaient vraies. »

Staline est mort dans sa datcha de Kountsevo le 5 mars 1953. La cause officielle du décès était une hémorragie intracérébrale.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article