Décès de l'"éventreur du Yorkshire", l'un des pires tueurs en série britannique

Publié le par Nice Matin

L'un des pires tueurs en série de l'histoire du Royaume-Uni, Peter Sutcliffe, surnommé l'éventreur du Yorkshire pour le meurtre de 13 femmes et condamné à la prison à vie, est décédé vendredi, a annoncé un porte-parole du ministère de la Justice.

Peter William Sutcliffe, suspecté d'être "l'éventreur du Yorshire, est escorté le 06 janvier 1981 à Bradford par des policiers britanniques qui le conduisent à la cour de Dewsbury pour y être entendu et inculpé du 13ème crime commis par l'homme qui a "fait trembler les villes situées près... Photo AFP

Peter William Sutcliffe, suspecté d'être "l'éventreur du Yorshire, est escorté le 06 janvier 1981 à Bradford par des policiers britanniques qui le conduisent à la cour de Dewsbury pour y être entendu et inculpé du 13ème crime commis par l'homme qui a "fait trembler les villes situées près... Photo AFP

Sutcliffe, 74 ans, avait été récemment testé positif au nouveau coronavirus, selon les médias britanniques, maladie s'ajoutant à divers problèmes de santé. Le ministère de la Justice a refusé de commenter, indiquant simplement qu'il était décédé à l'hôpital.

"Peter Sutcliffe était un individu dépravé et malfaisant, dont les crimes ont causé des souffrances inimaginables et consterné le pays", a déclaré un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson.

"Rien n'effacera jamais le mal qu'il a causé, mais il est juste qu'il soit mort derrière les barreaux pour ses meurtres barbares", a-t-il ajouté, affirmant que "les pensées" du dirigeant allaient aux victimes et à leurs proches.

Peter Sutcliffe avait été condamné en 1981 à la prison à vie pour avoir tué 13 femmes dans le Yorkshire et le nord-ouest de l'Angleterre entre 1975 et 1980, et avoir tenté d'en tuer sept autres.

L'éventreur du Yorkshire mutilait le corps de ses victimes en utilisant un marteau, un tournevis et un couteau, ce qui lui avait valu son sinistre surnom. Il avait prétendu être chargé d'une "mission divine" le poussant à tuer des prostituées, même si toutes ses victimes n'étaient pas des travailleuses du sexe.

Diagnostiqué comme un schizophrène paranoïaque, il avait passé trente ans interné dans un hôpital psychiatrique avant d'être détenu dans une prison à Durham (nord-est).

Erreurs et manquements

Sutcliffe avait réussi à échapper aux enquêteurs pendant des années grâce notamment à une série d'erreurs de la police. Il avait finalement reconnu ses crimes en 1981 après avoir été arrêté parce que sa voiture portait une fausse plaque d'immatriculation.

L'actuel chef de la police du West Yorshire, John Robins, a présenté vendredi ses plus "sincères excuses" aux victimes et à leurs proches pour "la détresse et l'anxiété supplémentaires" créées par les "erreurs manifestes" dans l'enquête et la façon dont certains officiers supérieurs avaient à l'époque parlé des victimes.

"Les manquements et les erreurs qui ont été commis sont pleinement reconnus et documentés", a-t-il ajouté dans un communiqué, promettant que "les leçons ont été tirées".

De son côté, un ancien inspecteur qui avait travaillé sur l'affaire, Bob Bridgestock, a accusé les officiers supérieurs d'avoir "porté des œillères pendant l'enquête", appelant désormais à "se souvenir des victimes, pas du tueur".

Sur la BBC, il a souhaité que le décès du tueur contribue à ce que les familles puissent "tourner la page".

"Page tournée" 

"Une page tournée": c'est ce qu'a ressenti Richard McCann, le fils de Wilma McCann, première victime reconnue du tueur, assassinée en 1975 lorsque son fils n'avait que 5 ans.

"Chaque fois qu'il y avait un reportage sur lui, souvent accompagné de photos de ma mère, c'était un nouveau rappel de ce qu'il avait fait", a confié à la BBC le quinquagénaire. "Le point positif est que nous entendrons moins parler de lui" désormais.

Marcella Claxton, l'une des sept victimes à avoir échappé au tueur, a exposé vendredi sur Sky News les séquelles qu'a engendrées la tentative de meurtre subie en 1976, à Leeds (nord).

"Je dois vivre avec mes blessures, 54 points de sutures dans la tête, ainsi qu'avec la perte de mon bébé, car j'étais enceinte de quatre mois", a confié celle qui souffre "toujours de maux de tête, de vertiges et de trous de mémoire".

En 2006, un rapport secret commandé en 1981 par le gouvernement sur le déroulement de l'enquête révélait que Peter Sutcliffe aurait en réalité commis bien plus de crimes que ceux pour lesquels il a été condamné.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article