Elkrief Ruth

Publié le par Mémoires de Guerre

Ruth Elkrief, née le 1er décembre 1960 à Meknès (Maroc), est une journaliste française travaillant principalement en télévision. Depuis 2005, elle exerce sur la chaîne d'information en continu BFM TV. 

Elkrief Ruth
Elkrief Ruth

Famille et origines

Ruth Elkrief est née le 1er décembre 1960 à Meknès (Maroc). Elle est la fille de Joseph Elkrief, directeur d'agence de vente d'automobiles, mort en 2009, et de Marie-Louise Rouach, professeur de français. Chalom Messas, un de ses grands-oncles, a été grand rabbin du Maroc puis de Jérusalem. Originaire du Maroc, la famille Elkrief s'installe en France à Saint-Cloud lorsque Ruth a 14 ans, en 1974. Ruth Elkrief est mariée au chef d'entreprise Claude Czechowski, avec qui elle a deux filles. 

Carrière

Formation puis activités au sein du Matin de Paris, LCI, TF1 et RTL

Elle entre en septembre 1978 en année préparatoire à l'Institut d'études politiques de Paris. Diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris (promotion 1981, section Politique Economique et Sociale),elle y continue ses études et obtient aussi un DEA en études politiques en 1983). Elle est diplômée du Centre de formation des journalistes (promotion 1984), Ruth Elkrief acquiert une première expérience en presse écrite, au quotidien Le Matin de Paris, de 1985 à 1987. Elle est recrutée à TF1 en 1987 par Michèle Cotta, qu'elle considère comme sa « marraine de télévision ». En 1990, elle devient la correspondante de la première chaîne à Washington, D.C. (où elle gagne en notoriété, couvrant la guerre du Golfe), avant d’être nommée chef du service politique et de présenter le journal de 23 heures le week-end (1991-1992) réalisé par Richard Guillon et François Lopez. 

En 1994, elle participe à la création de la première chaîne d’information en continu LCI (filiale de TF1), où elle présente Le grand Journal, aux côtés de David Pujadas, puis une interview quotidienne entre 19 h et 20 h. En septembre 1999, elle lance sur TF1 19h dimanche, une émission qui propose des reportages et une interview d’une personnalité. Elle reprend ainsi la tranche de Public, présentée par Michel Field, qui n'était pas parvenu à faire oublier le Sept sur sept d’Anne Sinclair. Mais en septembre 2000, son magazine est un échec en termes d'audiences et il est remplacé par Sept à huit de Laurence Ferrari et Thomas Hugues. En 2001, elle rejoint RTL pour réaliser l'interview politique du matin (du lundi au vendredi à 7 h 50) puis coprésente entre 2003 et 2005 Le Grand Jury RTL-Le Monde-LCI. 

BFM TV

En novembre 2005, elle participe au lancement de la chaîne d’information en continu BFM TV. Elle présente le tout premier journal le 28 novembre 2005 à 18 h en interviewant en direct Dominique Baudis, président du CSA. Elle présente ensuite du lundi au vendredi à 18 h et à 19 h deux journaux de 30 minutes chacun. En mai 2006, Ruth Elkrief lance également la version 2 de la chaîne (nouveaux décors, nouvel habillage et suppression du tout-image en semaine) et anime la tranche de 18 h à 20 h du lundi au vendredi. De novembre 2006 jusqu'à fin 2007, elle coprésente chaque jeudi, avec Hedwige Chevrillon de BFM, Le Duo BFM, la première émission commune à la radio d’informations économiques BFM et BFM TV (qui appartiennent toutes les deux au groupe NextRadioTV), dans laquelle les deux journalistes interviewent une personnalité politique.

À partir de janvier 2007, Ruth Elkrief anime simplement la case du 19 h - 20 h du lundi au vendredi (Nathalie Lévy reprenant le 18 h - 19 h) avec un magazine sur l'élection présidentielle française de 2007, Élysée 2007, où elle arbitre notamment un débat entre deux acteurs politiques. En juin 2007, la case devient 19h Ruth Elkrief, un grand journal télévisé. De janvier 2008 à juin 2008, elle coprésente, avec Hedwige Chevrillon et Olivier Mazerolle, La Tribune BFM le dimanche de 18 h à 19 h. À partir de septembre 2008, elle présente, en compagnie de Stéphanie de Muru et Gilane Barret pour les journaux, la nouvelle édition de la mi-journée Midi Ruth Elkrief, du lundi au vendredi de 12 h à 14 h.

En septembre 2010, après deux saisons à la mi-journée, Ruth Elkrief retrouve la tranche de 19 h à 20 h du lundi au vendredi, pour une émission de débats à nouveau intitulée 19h Ruth Elkrief. Le Figaro estime qu'elle a fait de cette tranche horaire stratégique « l'un des lieux incontournables du débat politique et intellectuel » de la télévision française. En 2012, elle joue son propre rôle dans Aux yeux de tous, réalisé par Arnaud Duprey et Cédric Jimenez. Elle a également présenté Vendredi Ruth Elkrief de 2016 à 2018, le vendredi de 19 h à 20 h (rediffusée le même jour de 21 h à 22 h) sur BFM TV. Elle est envoyée à Molenbeek-Saint-Jean pour l'arrestation de Salah Abdeslam, le 18 mars 2016, ou encore à Londres, lors des résultats du référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, le 23 juin de la même année. À la rentrée 2020, elle ne présentera plus son émission 19h Ruth Elkrief et mènera désormais une grande interview intitulée Ruth Elkrief, le rendez-vous et diffusée chaque samedi à 13 h. 

Élection présidentielle de 2017

Le 3 novembre 2016, elle anime avec Laurence Ferrari, le second débat de la primaire présidentielle des Républicains, opposant les sept candidats, diffusé sur BFM TV et I-Télé. Le 15 janvier 2017, elle anime avec Laurence Ferrari et Laurent Neumann, le second débat de la primaire présidentielle de la Belle Alliance Populaire, opposant les sept candidats, diffusé sur BFM TV et I-Télé. Le 4 avril 2017, elle anime, avec Laurence Ferrari, un débat opposant les onze candidats à l'élection présidentielle, diffusé sur BFM TV et CNews ainsi que sur RMC, Dailymotion et YouTube. C'est la première fois dans une élection présidentielle en France qu'un débat télévisé rassemble l'ensemble des candidats.

Son traitement de l'affaire Fillon suscite de nombreuses réactions. Notamment, elle s'interroge sur cette exigence « très forte et un peu totalitaire de transparence » et demande à Louis-Marie Horeau, directeur du Canard enchainé s'il a « l’intention de feuilletonner longtemps ce poison lent qui influe sur l’élection ? ». Elle indique également être « solidaire » de Penelope Fillon, estimant qu' « elle n'a pas demandé à se retrouver au milieu de cette tempête et [qu'] elle est assez bouleversée ». Elle indique plus tard regretter ce terme de « solidaire », après que celle-ci a été mise en examen pour « complicité et recel de détournement de fonds publics ». 

Décoration

Le 11 juillet 2018, elle est nommée au grade de chevalier de la Légion d'honneur, sur le contingent du ministère de la Culture et de la Communication, pour 23 ans de services professionnels. 

Publié dans Journalistes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article