Emmanuel Macron sera à Colombey lundi, 50 ans après la mort de de Gaulle

Publié le par La Provence avec AFP

Le monument au général de Gaulle est surmonté de la croix de Lorraine à Colombey-les-deux-Églises.  Photo DR

Le monument au général de Gaulle est surmonté de la croix de Lorraine à Colombey-les-deux-Églises. Photo DR

Le rendez-vous est incontournable : Emmanuel Macron est attendu lundi à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne) pour commémorer le 50e anniversaire de la mort du général de Gaulle, plus que jamais la figure tutélaire de la politique française.

A cause de l'épidémie du Covid-19, cet anniversaire sera célébré sobrement et en comité restreint dans le petit village de 700 habitants à 250 km à l'est de Paris.

Le président se recueillera sur la tombe blanche où Charles de Gaulle repose, aux côtés de son épouse Yvonne et de sa fille Anne, dans le cimetière qui jouxte l'église.

Il sera accueilli à la Boisserie, la demeure où le général vécut les derniers 18 mois de sa vie après avoir quitté l'Elysée. Et il participera à une cérémonie militaire devant la Croix de Lorraine, immense monument en granit rose de 43,50 mètres, qui domine les bois et les vignes environnants.

C'est à la Boisserie, la gentilhommière qu'il avait acquise en 1934, que Charles de Gaulle est mort le 9 novembre 1970, d'une rupture d'anévrisme, alors qu'il jouait aux cartes avant le dîner.

Gardée secrète toute la nuit, la nouvelle de son décès est annoncée le lendemain matin par le président Georges Pompidou: "Françaises, Français, le général de Gaulle est mort, la France est veuve".

Trois jours plus tard, le 12 novembre, jour de deuil national, le général est enterré à Colombey, simplement et en l'absence de dirigeants politiques, comme il l'avait souhaité.

Alors que certains de ses prédécesseurs, comme Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, se recueillaient tous les 9 novembre à Colombey, Emmanuel Macron s'est rendu à une reprise à Colombey depuis le début de son quinquennat, le 4 octobre 2018, pour marquer le 60e anniversaire de la création de la Ve République par de Gaulle. Mais il a célébré à deux reprises ces derniers mois le souvenir de son illustre prédécesseur à l'occasion de l'année de Gaulle marquant les anniversaires de sa naissance il y a 130 ans, de l'Appel du 18 juin il y a 80 ans et de sa mort. 

Pour Emmanuel Macron, la semaine prochaine sera très mémorielle : après Colombey, il commémore mercredi l'Armistice du 11 novembre 1918 avant de présider la cérémonie d'entrée au Panthéon de l'écrivain Maurice Genevoix, auteur de "Ceux de 14" sur les combattants de la Grande guerre. Une célébration organisée 100 ans après l'inhumation du Soldat Inconnu sous l'Arc de Triomphe.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article