Joe Biden appelle l'Amérique à l'unité

Publié le par Le figaro par Adrien Jaulmes

Joe Biden a prononcé samedi soir son premier discours de président élu, alors que Donald Trump refuse toujours de reconnaître sa défaite.

Joe Biden lors de son discours d'acceptation à Wilmington, dans le Delaware. POOL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Joe Biden lors de son discours d'acceptation à Wilmington, dans le Delaware. POOL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

De notre correspondant à Washington

«Il est temps de guérir l'Amérique!» Vainqueur quasi-assuré de l'élection présidentielle, et salué comme tel par les médias américains, Joe Biden a lancé un appel à l'unité dans un discours prononcé à Wilmington, dans le Delaware. « Il y a un temps pour tout, un temps pour construire, un temps pour récolter, un temps pour semer et un temps pour guérir », a dit l'ancien vice-président d'Obama en citant l'Ecclésiaste.

« Je m'engage à être un président qui ne cherche pas à diviser mais à unir. Qui ne voit pas les États rouges et les États bleus, mais qui ne voit que les États-Unis », a dit Biden. «Il est temps de mettre de côté la rhétorique agressive, de faire baisser la température, de se revoir, de s'écouter à nouveau. Et pour progresser, nous devons cesser de traiter nos adversaires comme nos ennemis. Ils ne sont pas nos ennemis. Ce sont des Américains ».

    « Je me suis présenté pour guérir l'âme de l'Amérique, pour reconstruire la colonne vertébrale de cette nation, la classe moyenne, pour faire en sorte que l'Amérique soit à nouveau respectée dans le monde entier, et pour nous unir ici chez nous. » Joe Biden

«Je me suis présenté pour guérir l'âme de l'Amérique, pour reconstruire la colonne vertébrale de cette nation, la classe moyenne, pour faire en sorte que l'Amérique soit à nouveau respectée dans le monde entier, et pour nous unir ici chez nous

«C'est l'honneur de ma vie que tant de millions d'Américains aient voté pour cette vision. Et maintenant commence le travail pour la rendre concrète, c'est la mission de notre temps ».

Biden a été proclamé vainqueur samedi matin par les médias américains, au regard des résultats dans les États qui dépouillaient encore les derniers bulletins. Mais Donald Trump, qui était au golf samedi, n'a donné aucun signe qu'il s'avouait vaincu.

Joe Biden n'y a même pas fait allusion. «À ceux qui ont voté pour Trump», a-t-il dit en s'adressant aux électeurs républicains, «je comprends ce que vous ressentez : j'ai moi-même perdu une fois ou deux, Mais maintenant, donnons-nous une chance! Faisons baisser la température», a-t-il dit, en référence au climat de polarisation extrême de la campagne.

    La démocratie n'est pas un état, mais une action, et il faut se battre pour elle. » Kamala Harris

Kamala Harris, la colistière de Joe Biden, est apparue en premier sur scène. Vêtue d'un tailleur-pantalon blanc, l'ancienne sénatrice de Californie a salué la foule en citant John Lewis, élu noir américain mort au printemps dernier : «La démocratie n'est pas un état, mais une action, et il faut se battre pour elle.» Première femme à être élue à la vice-présidence, et première d'origine afro indienne, elle a promis d'être à Joe Biden ce qu'il avait été à Obama, «loyale, honnête et disponible». Elle a introduit Joe Biden comme «un président pour tous les Américains».

Biden a fait de la lutte contre la pandémie sa priorité. «Les amis, notre première mission est de contrôler le Covid-19… Je vais rencontrer dès lundi des scientifiques, afin de mettre en place dès le 21 janvier un plan Biden-Harris, qui sera basé sur des faits solides. Je ferai tout mon possible pour contrôler cette pandémie.»

Il a comparé la période actuelle à d'autres moments où ses prédécesseurs avaient été à la croisée des chemins de l'Histoire, Abraham Lincoln quand il a sauvé l'Union en 1860, Franklin Roosevelt avec le New Deal en 1932, à John F. Kennedy avec la Nouvelle frontière en 1960, et Barack Obama, «Oui, nous le pouvons» (Yes we can) en 2008.

« Soyons la nation que nous savons que nous pouvons être. Une nation unie, une nation renforcée, une nation guérie », a conclu Biden. « Rien n'est impossible quand les Américains sont unis ».

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article