Mort de Daniel Cordier : comment il avait sorti Hervé Vilard de la misère

Publié le par Closer par Laura Carreno-Müller

Ancien résistant et marchand d'art, Daniel Cordier a été un soutien de poids pour Hervé Vilard, comme le confiait ce dernier au magazine Paris Match en 2015.

Dans Paris Match, Hervé Vilard a révélé comment Daniel Cordier l'avait sauvé de la misère lorsqu'il était adolescent

Dans Paris Match, Hervé Vilard a révélé comment Daniel Cordier l'avait sauvé de la misère lorsqu'il était adolescent

Il se souviendra toute sa vie de "Dado." À 14 ans, et après une enfance tumultueuse passée d'abord en familles d'accueil puis à la rue où il s'est résolu à la délinquance pour survivre, Hervé Vilard croisait la route d'un artiste, devant la gare Montparnasse, à Paris, qui a bouleversé sa vie. "Plus que sa peinture, c'est son sandwich qui m'intéresse", s'était-il souvenu auprès du magazine Paris Match. En s'en apercevant, le peintre avait coupé son sandwich afin de lui en donner la moitié et avant de lui donner rendez-vous à son vernissage quelques jours plus tard où le jeune Hervé Vilard pourrait "s'en mettre plein la cloche." "Lave ta chemise, c'est dans les beaux quartiers", lui lance cet inconnu. Un bon samaritain qui n'était nul autre que Daniel Cordier.

Le jour du vernissage, il n'hésita pas à présenter l'adolescent comme son protégé. Quelques heures plus tard, le secrétaire de Jean Moulin était en compagnie de Marie-Laure de Noailles et Madame de Rothschild lorsqu'il demanda au jeune Hervé Vilard d'où il venait. Habitué à mentir au sujet de ses parents, l'interprète de Capri c'est fini décida d'être honnête. "Je suis évadé de l'orphelinat", avouait-il. Daniel Cordier et ses complices lui répondirent : "tu vas y retourner et nous allons t'en faire sortir." L'ancien résistant a tenu parole en devenant son tuteur, l'aidant ensuite à faire ses premiers pas dans le monde de la musique. De jeune disquaire sur les Champs Élysées, et avec quelques cours de chant, il a pu se rapprocher des stars telles que Claude François. "Au bout d'un an", s'est souvenu Hervé Vilard, « je signe un contrat chez Philips. » Ses années de misère une fois derrière lui, il n'a jamais laissé Daniel Cordier, qu'il surnomme affectueusement « Dado », devenir un simple souvenir une fois sa notoriété trouvée. Les deux hommes sont restés proches.

Un hommage national en vue

En tant que l'un des deux derniers Compagnons de la Libération, Daniel Cordier a laissé Hervé Vilard mais aussi la France entière dans le deuil. Ce vendredi 20 novembre, le Bordelais a rendu son dernier souffle à l'âge de 100 ans. Dans la foulée, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé qu'il ferait l'objet d'un hommage national, en tant que mémoire vivante de la Résistance.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article