Mort de l'ancien maire FN de Toulon, Jean-Marie Le Chevallier, à l'âge de 86 ans

Publié le par France 3 Provence Alpes Côte d'Azur par Annie Vergnenegre

Jean-Marie Le Chevallier est décédé vendredi soir, en Vendée, à l'âge de 86 ans. L'ancien maire Front national de Toulon, entre 1995 et 2001, a succombé à une crise cardiaque.

 Jean-Marie Le Chevallier a été maire de Toulon de 1995 à 2001. • © PASCAL GUYOT / AFP

Jean-Marie Le Chevallier a été maire de Toulon de 1995 à 2001. • © PASCAL GUYOT / AFP

Né en région parisienne, Jean-Marie Le Chevallier avait réussi son parachutage dans le Var en remportant en 1995 la mairie de Toulon sous les couleurs du Front national. Il devenait alors l'un des trois maires frontistes de PACA avec Daniel Simonpieri à Marignane et Jacques Bompard à Orange.

Proche de Jean-Marie Le Pen, Jean-Marie Le Chevallier a adhéré au FN en 1984. Il est élu dans la foulée au parlement européen où il siège jusqu'en 1999. 

En 1997, il est élu député de la première circonscription du Var, mais son élection est invalidée en février 1998.

Le conseiller régional RN de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Amaury Navarranne lui a rendu hommage dans un communiqué.

"Il aura marqué notre mouvement et notre ville par son engagement, a-t-il écrit, rappelant que Jean-Marie Le Chevallier avait été "engagé initialement chez les giscardiens, il fut l’un des symboles de l’accroissement du Front National dans les années 80".

"Les conflits internes et les divisions l’ont éloigné de nous et ont eu raison de la gestion municipale de Toulon les deux dernières années de mandat, tranchant avec les succès et le redressement de la ville de 1995 à 1999", a-t-il estimé.

Hubert Falco a salué la mémoire de celui qui a été maire de Toulon durant six ans, tout en soulignant : " Jean-Marie Le Chevallier avait une vision de la politique, des convictions et des idées, une vision de Toulon, diamétralement opposées aux miennes. Nous avons été des adversaires que tout opposait."

Durant son mandat, de nombreuses polémiques avaient éclaté au sujet de sa gestion.

Le centre culturel de Châteauvallon avait dû déprogrammer le groupe de rap NTM "qui porte atteinte à la dignité de la femme et de la mère" selon M. Le Chevallier.

Jean-Marie Le Chevallier avait aussi repris en main la Fête du livre et inauguré en 1996 une "fête de la liberté du livre" faisant une large place aux auteurs du Front national.

Affaibli par les affaires, lâché par son parti, Jean-Marie Le Chevallier s'était représenté aux municipales de 2001, avec face à lui trois listes concurrentes (FN, MNR et à RPF).

Il avait été éliminé dès le premier tour. Le président UDF du conseil général du Var, Hubert Falco avait été choisi par les électeurs pour lui succéder à la mairie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article