Présidentielle américaine : dix choses à savoir sur Kamala Harris, la vice-présidente de Joe Biden

Publié le par France Inter par Xavier Demagny

Bien plus jeune que Joe Biden, Kamala Harris devient, à 56 ans, la première femme à accéder à la vice-présidence des États-Unis. 

Kamala Harris, lors d'un meeting début novembre à Philadelphie (Pennsylvanie). © AFP / Getty North America / Mark Makela

Kamala Harris, lors d'un meeting début novembre à Philadelphie (Pennsylvanie). © AFP / Getty North America / Mark Makela

"Mettons-nous au travail" pour restaurer "l'âme de l'Amérique".  La première femme élue vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris, a fait cette promesse, samedi, dans un tweet, une fois la victoire de son ticket avec Joe Biden annoncée par les grands médias américains. "Dans cette élection, il s'agit de beaucoup plus que de Joe Biden ou moi-même. Il s'agit de l'âme de l'Amérique et de notre détermination à nous battre pour elle. Nous avons beaucoup de travail devant nous. Mettons-nous au travail", a-t-elle posté sur le réseau social. 

Elle a appris la victoire pendant son jogging

"On l'a fait Joe, tu vas devenir le prochain président des États-Unis" dit-elle au téléphone à son colistier, dans une vidéo où on la voit dans la nature en tenue de jogging. 

Elle a des origines jamaïcaines et indiennes 

Kamala Harris a grandi à Oakland (Californie). Ses parents y militaient pour les droits civiques : un père, jamaïcain, professeur d'économie et une mère indienne, aujourd'hui décédée, chercheuse spécialiste du cancer du sein.  

Elle a été procureure puis procureure générale en Californie

Après deux mandats de procureure à San Francisco (2004-2011), elle avait été élue, deux fois, procureure générale de Californie (2011-2017), devenant alors la première femme, mais aussi la première personne noire, à diriger les services judiciaires de l'Etat le plus peuplé du pays.

Elle cumule les "première"

Diplômée de l'université Howard, fondée à Washington pour accueillir les étudiants afro-américains en pleine ségrégation, elle rappelle régulièrement son appartenance à l'association d'étudiantes noires "Alpha Kappa Alpha". 

Première femme noire à devenir procureure de San Francisco en 2004 puis en 2010 de l’État de Californie elle avait prêté serment au Sénat à Washington, en 2017, en s'inscrivant là encore comme la première femme originaire d'Asie du Sud et seulement la deuxième sénatrice noire dans l'histoire. Elle sera donc la première femme vice-présidente des États-Unis. 

Elle est réputée pour être une dure à cuire

Ses interrogatoires serrés de candidats présidentiels à des postes que le Sénat doit valider l'ont fait connaître, comme par exemple face aux juges nommés à la Cour suprême Brett Kavanaugh, accusé d’agression sexuelle et, plus récemment, Amy Coney Barrett choisie par Donald Trump pour remplacer Ruth Bader Ginsburg.  

Kamala Harris a aussi été très critiquée pour sa sévérité en tant que procureure, notamment par l'aile gauche du parti démocrate qui la juge trop répressive. 

Elle avait eu la dent dure contre Biden pendant la primaire

Lors d'un des débats dans la course à l'investiture démocrate, c'est contre... Joe Biden qu'elle avait fait des étincelles, en l'attaquant sur ses positions passées concernant les politiques de déségrégation raciale dans les années 1970. 

Ses expériences dans les branches législative, judiciaire et exécutive du pouvoir, et sa proximité avec Beau Biden, fils de Joe et ancien procureur du Delaware décédé d'un cancer en 2015, ont malgré tout convaincu son ex-rival de la choisir comme colistière.  

Trump l'a traitée de "monstre" ...

Face à Mike Pence, dans le seul débat des vice-présidents, elle avait attaqué à de multiples reprises la gestion par l'exécutif de la crise du coronavirus, qu'elle a qualifiée de "plus gros échec de toute administration présidentielle dans l'histoire" du pays.

Le lendemain, Donald Trump l'avait traitée de "monstre" qui ne dit que "des mensonges". Il n'a de cesse de mettre en garde contre ses opinions, qui feront, selon lui, plonger l'Amérique dans un "socialisme" honni. 

... mais Obama est son premier fan

"En choisissant la sénatrice Kamala Harris pour devenir la prochaine vice-présidente américaine, [Joe Biden] a trouvé la partenaire idéale pour l'aider à se mesurer aux défis bien réels auxquels est confrontée l'Amérique en ce moment, et auxquels elle sera confrontée dans les années à venir", avait déclaré l'ancien président Barack Obama lorsqu'elle a été choisie pour former le ticket démocrate. 

Biden compte sur son engagement et son image moderne 

Le "president-elect" compte sur l'image moderne de femme fière de sa famille mixte et recomposée. Engagée aux côtés des femmes, pour la défense des minorités, elle avait rencontré, pendant la campagne, la famille de Jacob Blake à Milwaukee, un homme noir grièvement blessé par la police, en pleine vague de colère historique contre le racisme aux Etats-Unis.

Elle a 56 ans et du temps devant elle

Forte d'un parcours brillant, digne du meilleur rêve américain malgré des chapitres controversés, elle rêvait de devenir la première femme présidente noire des Etats-Unis. Elle a finalement brigué la vice-présidence à l'âge de 56 ans mais avec, sans doute, un œil sur la présidentielle de 2024. En effet, on imagine mal Joe Biden briguer un second mandat à l'âge de 82 ans. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article