Allemagne : Abandon des poursuites contre un ex-gardien de camp nazi

Publié le par 20 Minutes par Oihana Gabriel

JUSTICE Cet ancien gardien de camp de concentration nonagénaire résidant aux Etats-Unis fait l'objet d'un mandat d'expulsion 

Les gardes SS du camp de concentration de Neuengamme célèbrent Noël en 1943. L'Allemagne a abandonné les poursuites contre l'un d'eux, Friedrich Karl Berger jeudi 10 décembre 2020. — MARY EVANS/SIPA

Les gardes SS du camp de concentration de Neuengamme célèbrent Noël en 1943. L'Allemagne a abandonné les poursuites contre l'un d'eux, Friedrich Karl Berger jeudi 10 décembre 2020. — MARY EVANS/SIPA

La justice allemande a annoncé jeudi l’abandon des poursuites « pour complicité de meurtre » contre un ancien gardien de camp de concentration nonagénaire résidant aux Etats-Unis, où il fait l’objet d’un mandat d’expulsion.

Pour le Parquet de Celle, en Basse-Saxe, l’enquête menée aux Etats-Unis n’a pas permis de démontrer « la complicité du suspect dans des cas concrets de meurtres ».

L’homme réside aux Etats-Unis depuis 1959

Résidant aux Etats-Unis depuis 1959, Friedrich Karl Berger, 95 ans, est soupçonné par la justice américaine de s’être rendu complice de la mort de prisonniers alors qu’il était gardien dans le complexe concentrationnaire à Neuengamme, au sud-est de Hambourg, et dans un de ses camps extérieurs près de Meppen, en particulier lors d’une opération d’évacuation en mars 1945.

Le tribunal américain spécialisé dans les dossiers d’immigration avait décidé en mars de son renvoi vers l'Allemagne pour « avoir volontairement servi comme garde armé d’un camp de concentration où des persécutions ont eu lieu ».

Si Friedrich Karl Berger a admis avoir gardé des prisonniers dans ces camps, il a nié avoir observé de mauvais traitements et avoir fait parti des gardiens encadrant une évacuation. « Le fait que l’accusé ait reconnu avoir servi dans un camp de concentration, où les prisonniers n’étaient pas systématiquement exterminés, ne suffit pas en tant que tel comme preuve », argumente le parquet dans un communiqué. « Il n’existe pas d’autres pièces à convictions » permettant de continuer les poursuites en Allemagne, a-t-il ajouté.

379 prisonniers sont morts souvent d’épuisement

Si ces camps n’étaient pas des lieux d’extermination, les détenus y vivaient dans des conditions « atroces » et étaient soumis à des travaux forcés « jusqu’à mourir de fatigue », a estimé la juge américaine Rebecca Holt en mars. Au total, 379 prisonniers sont morts, souvent d’épuisement, pendant des opérations d’évacuation vers la fin de la guerre.

Il revient à présent aux autorités américaines de décider si elles vont ou non le renvoyer en Allemagne, a précisé un porte-parole du Parquet, soulignant que l’abandon des poursuites en Allemagne « n’avait pas de lien direct » sur la procédure outre Atlantique. Friedrich Karl Berger a aussi la possibilité de faire appel jusqu’à la Cour suprême des Etats-Unis, ce qui peut suspendre son expulsion pendant plusieurs années.

Le gouvernement américain a créé en 1979 un programme dédié à la recherche et à l’expulsion des anciens nazis installés aux Etats-Unis. Depuis, 67 personnes ont été expulsées dans ce cadre. La dernière en date a eu lieu en août 2018 et concernait un ancien gardien SS âgé de 95 ans, Jakiw Palij, installé à New York depuis 1949.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article