Hommage rendu à Valéry Giscard d’Estaing

Publié le par La Nouvelle République

La municipalité a rendu hommage à Valéry Giscard d’Estaing en diffusant sur les réseaux sociaux son discours lors de son passage dans la ville.

Valéry Giscard d’Estaing reçu à l’Ensoa. © (Photo archive NR)

Valéry Giscard d’Estaing reçu à l’Ensoa. © (Photo archive NR)

Le 8 mai 1980, le président Valéry Giscard d’Estaing, fait citoyen de la ville, avait été reçu par Camille Lemberton, alors maire, pour célébrer tradition et victoire… « Depuis cent ans, Saint-Maixent-l’École a lié son destin à celui des écoles de formation militaire. » Le président avait précisé : « Entre ces deux dates, 1881 (fondation de l’école) et 1945, il y a un trait d’union, la France et les Français. Tous les Français connaissent Saint-Maixent. La France doit beaucoup à vos écoles, elles ont formé successivement les officiers et les sous-officiers de ses armées… J’ai l’occasion, tous les ans, d’apprécier sur les places parisiennes et cette année, aux Champs-Élysées, la performance particulièrement brillante de l’école de Saint-Maixent. Rien ne semblait prédisposer votre commune, au centre d’une région de tradition rurale, à devenir l’un des centres de formation les plus importants de nos armées ». Et de mentionner : « L’abbaye de Saint-Maixent, fondée aux premiers âges de notre histoire, se vouait à la protection des habitants et à la mise en valeur d’une région aux terres fertiles et souples ». Il expliquait aussi : « La région est assise sur une agriculture qui se tourne vers l’industrie agro-alimentaire. Une importante usine de traitement des viandes doit s’implanter bientôt à Saint-Maixent », avant de détailler la politique agriculture commune de l’Europe.

La ténacité de M. Fouchier « Où faut-il chercher la vocation militaire de Saint-Maixent ? Est-ce qu'il faut chercher dans le tempérament de l’enfant le plus illustre de votre ville, le colonel Denfert-Rochereau. Une première preuve de cette fidélité fut donnée le 7 juillet 1926, lorsque le ministre de l’Intérieur de l’époque, M. Durand, qui appartenait au gouvernement d’Aristide Briand, a autorisé votre commune à porter le nom de Saint-Maixent l’École. Le mariage était célébré. Mais vous savez que malgré ce mariage, il y eut des tentations de divorce. Il y eut, notamment après la guerre, un certain nombre d’incertitudes qui ont pesé sur cette présence des moyens de formation à Saint-Maixent. Ce fut le cas, en 1972, notamment lorsque l’existence même de la présence militaire fut mise en question et c’est à la ténacité de M. Fouchier à la volonté collective de vos administrés que Saint-Maixent dut garder ses écoles. Je peux vous dire que la présence d’un enseignement militaire à Saint-Maixent est désormais un fait acquis. » Le souvenir d’un garçon qui avait 16 ans à l’époque, Thierry Petrault, a éclairé ce moment : « Je regardais dans un petit groupe quand j’ai aperçu une manifestation d’agriculteurs qui venait vers la place du Centenaire. Le président et ceux qui l’encadraient, arrivaient de l’autre côté. Moi et une dizaine d’autres, nous étions au milieu. Nous avons été saisis par les forces de sécurité pour nous retrouver à la réception avec Giscard d’Estaing, salle du Centenaire ».

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article