"J’espère que vous vous amusez bien" : L’un des codes du Tueur du Zodiaque enfin déchiffré

Publié le par Paris Match par C.R.

 "J’espère que vous vous amusez bien" : L’un des codes du Tueur du Zodiaque enfin déchiffré

Les lettres envoyées par le Tueur du Zodiaque sont déchiffrées peu à peu. Eric Risberg/AP/SIPA

Les lettres envoyées par le Tueur du Zodiaque sont déchiffrées peu à peu. Eric Risberg/AP/SIPA

Un groupe d’amateurs a réussi à déchiffrer l’un des codes envoyés par le célèbre Tueur du Zodiaque au «San Francisco Chronicle» il y a 51 ans.

En 1969, le «San Francisco Chronicle» a reçu un étrange message codé, venant directement de l’un des hommes les plus recherchés des Etats-Unis : le Tueur du Zodiaque. Il était alors accusé d’au moins cinq meurtres, mais lui-même en reconnaissait 37. Au cours de sa traque, il n’a cessé de jouer avec la police, communiquant avec elle pour mieux l’humilier. Jamais, ce mystérieux criminel n’a été retrouvé. Vendredi, le «San Francisco Chronicle» a annoncé que le message avait enfin été déchiffré, 51 ans plus tard.

Le «340 Cipher», nom donné en raison des 340 caractères qu’il contient, a pu être résolu grâce à un groupe de trois amateurs venus des Etats-Unis, d’Australie et de Belgique, qui se penchent sur cette affaire depuis des années. «J’espère que vous vous amusez bien en essayant de m’attraper… Ce n’était pas moi dans l’émission de télé. Ce qui m’amène à parler d’une chose à mon sujet. Je n’ai pas peur de la chambre à gaz, car elle m’enverra plus rapidement au paradis. Car j’ai maintenant assez d’esclaves pour travailler pour moi, alors que les autres n’ont rien quand ils arrivent au paradis ; c’est pour ça qu’ils ont peur de la mort. Je n’ai pas peur car je sais que ma nouvelle vie sera facile au paradis. La vie c’est la mort», dit le fameux message, qui malheureusement ne donne aucune information sur l’identité du meurtrier.

Le «San Francisco Chronicle» explique que les esclaves dont il est question sont les victimes du meurtrier. Il avait déjà parlé d’elles dans un autre message codé, «408 Cipher» qui avait été facilement déchiffré en 1969 par un enseignant et son épouse. Il y disait notamment «aimer tuer parce que c’est tellement drôle». Quant à l’évocation des chambres à gaz, dans le «340 Cipher», il fait référence au coup de téléphone d’un homme lors d’une émission de télévision, qui avait affirmé être le Tueur du Zodiaque et avait confié être effrayé par les chambre à gaz.

Le Tueur du Zodiaque reste encore un mystère

Cameron Polan, porte-parole du FBI, a confirmé que le message avait bien été décodé par le groupe d’amateurs. «Le FBI est conscient qu'un code attribué au Tueur du Zodiaque a été récemment résolu par des particuliers. L’enquête est toujours en cours (…). Le Tueur du Zodiaque a terrorisé plusieurs communautés dans le nord de la Californie, et même si des décennies se sont écoulées, nous continuons à demander justice pour les victimes de ces crimes brutaux», a-t-elle déclaré.

Ces codes chiffrés sont principalement créés à partir de symboles qui correspondent à des lettres. Pour le «340 Cipher», l’alignement des mots s’effectuait en diagonale et parfois décalés d’une colonne. David Oranchak, qui a décodé le message, a expliqué au «San Francisco Chronicle» que ce code est compliqué à effectuer mais qu’il existe un schéma de base que l’on retrouve dans au moins un manuel de l’armée américaine des années 1950. Deux autres codes restent encore à déchiffrer, dont un commençant par «Mon nom est… ».

A ce jour, le Tueur du Zodiaque reste encore un mystère. Le seul suspect à avoir été nommé par la police fut un certain Arthur Leigh Allen, vétéran de la Marine et condamné pour abus sur mineurs. Il est mort à 58 ans d’une crise cardiaque en 1992 et la police n’a jamais eu le temps de trouver assez de preuves contre lui. En 2018, l’arrestation du «Tueur de Golden State», accusé d’une série de viols et de meurtres atroces entre les années 70 et 80 en Californie, avait donné espoir aux enquêteurs. C’est en effet grâce à la recherche ADN généalogique en ligne qu’il avait été interpellé. Les autorités espéraient pouvoir utiliser cette même technique pour le Tueur du Zodiaque grâce à l’ADN trouvé sur ses lettres. Le but était de pouvoir retrouver des traces ADN suffisamment probantes pour pouvoir les comparer à des fichiers généalogiques. La police avait cependant ajouté qu’il était tout à fait possible que le meurtrier ait fait écrire et fermer ses enveloppes par un complice, sans jamais lui-même les toucher.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article