Marseille: pourquoi Michèle Rubirola a-t-elle démissionné ce mardi?

Publié le par BFMTV par Anne Saurat-Dubois, Jérémy Brossard, avec Hugo Septier

Entre impasse politique et problèmes de santé, la maire de Marseille a annoncé sa démission ce mardi.

Marseille: pourquoi Michèle Rubirola a-t-elle démissionné ce mardi?

C'est un coup de tonnerre dans la cite phocéenne. Ce mardi à la mi-journée, BFMTV a appris que la maire de Marseille Michèle Rubirola, qui avait pris ses fonctions en juillet dernier en mettant fin à l'hégémonie de Jean-Claude Gaudin, allait démissionner et laisser sa place à son Premier adjoint Benoît Payan quelques mois seulement après sa prise de fonctions. Une décision annoncée mardi après-midi en conférence de presse.

Le lourd héritage de Gaudin

Si cette décision semble surprenante au premier abord, elle est toutefois prévisible. Politiquement, Michèle Rubirola était censée incarner une coalition appelée le Printemps marseillais, qui devait fédérer de la gauche au centre-gauche en passant par les écologistes. En réalité, il se dit que l'élue n'a jamais réussi à rassembler toutes ces causes, et qu'elle se serait même fait phagocyter par sa majorité sur certains dossiers.

Depuis plusieurs semaines, Michèle Rubirola avait en elle-même disséminé, lors de ses interventions, quelques éléments indiquant que son passage à la mairie serait en réalité assez bref. Il y a quelques mois, dans des mots repris par le quotidien Le Monde et qui avaient provoqué un tollé, elle s'était exclamée "carpe diem, on est là aujourd’hui, on ne sait pas ce qui va arriver", avant de glisser à l'un de ses adjoints une phrase qui ne laissait pas de place au doute.

    "Tu es au courant que je ne reste que trois mois?", avait-elle dit.

Au-delà des difficultés politiques, Michèle Rubirola a également du faire face à l'encombrant héritage laissé par l'administration de Jean-Claude Gaudin. L'élue a ainsi eu du mal à prendre en charge les dossiers des immeubles vétustes de la rue d'Aubagne, dont certains s'étaient tragiquement effondrés, tout comme le délabrement continu des écoles de la ville. Cet ensemble de données l'auraient poussé à quitter sa fonction.

Problèmes de santé

Une autre explication peut également être avancée quant au départ de Michèle Rubirola. En septembre passé, elle s'était volontairement mis en retrait de son poste après ce que plusieurs observateurs pensent être une opération chirurgicale liée à un problème de santé. Cette information n'a jamais été confirmée par Michèle Rubirola, ni par son entourage.

En ce qui concerne son probable remplaçant, Benoît Payan, il devrait rester dans la même lignée que l'actuelle maire, mais devrait être plus à l'aise avec cette nouvelle notoriété. Issu du Parti socialiste, il n'avait toutefois pas su s'imposer comme le leader de la coalition du Printemps marseillais et n'avait pas su faire la synthèse de tous les partis de gauche.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article